Liens d'accessibilité

La disparition de Robert Byrd ne devrait pas changer la composition du Sénat


Le sénateur Robert Byrd avait soutenu la candidature de Barack Obama à la présidence en 2008

Le sénateur Robert Byrd avait soutenu la candidature de Barack Obama à la présidence en 2008

Le sénateur était en quelque sorte la figure de proue du parti démocrate au Congrès, où il siégeait depuis 1952, lorsqu’il était entré à la Chambre des représentants, avant d’être élu au Sénat en 1958.

Robert Byrd, le membre ayant siégé le plus longtemps dans l'histoire du Congrès des États-Unis, s’est éteint lundi à l’âge de 92 ans. Le sénateur de Virginie occidentale (État de l’est du pays) avait été hospitalisé dans la banlieue de Washington la semaine dernière. Son bureau avait parlé de déshydratation grave et d'épuisement, une vague de chaleur torride affectant la capitale, mais il souffrait apparemment d’autres problèmes de santé.

Le sénateur Byrd était en quelque sorte la figure de proue du parti démocrate au Congrès, où il siégeait depuis 1952, lorsqu’il était entré à la Chambre des représentants, avant d’être élu au Sénat en 1958. Son décès ne devrait pas changer la composition du Sénat, à majorité démocrate, puisque le gouverneur de Virginie-Occidentale, Joe Manchin, devrait nommer un autre démocrate pour achever son mandat, qui prendra fin en 2012.

Défenseur acharné de la Constitution américaine, dont il conservait toujours une copie dans sa poche, Byrd était un critique acerbe de la guerre en Irak. « Je protège toujours avec zèle le bien-être de ce pays et sa Constitution », aimait à dire Byrd.

Le sénateur protégeait également avec acharnement les intérêts de la Virginie Occidentale, État pauvre auquel il vouait une profonde gratitude pour lui avoir permis de siéger aussi longtemps au Sénat, la grande passion de sa vie. Une fois installé au « Senate Appropriations Committee », il ferait approuver sans vergogne des fonds pour financer des projets dans cet État, suscitant de vives critiques, sans jamais s’en excuser.

« C’est entièrement grâce aux gens de Virginie Occidentale. Ils m’ont témoigné leur confiance toutes ces longues années, ces gens merveilleux de Virginie Occidentale » avait confié le sénateur Byrd à des visiteurs au Congrès.

Ancien ségrégationniste, Byrd avait soutenu la candidature de Barack Obama à la présidence, le qualifiant en 2008 de « brillant jeune homme d’État », capable à ses yeux de diriger le pays à un moment crucial de son histoire. Le sénateur, qui avait voté contre la guerre en Irak, avait cité ce conflit pour apporter son soutien à M. Obama.

XS
SM
MD
LG