Liens d'accessibilité

Selon Moscou, les rebelles syriens ont usé d’armes chimiques


Vitali Tchourkine dit avoir fourni à l'ONU des documents montrant que les rebelles syriens ont utilisé des armes chimiques

Vitali Tchourkine dit avoir fourni à l'ONU des documents montrant que les rebelles syriens ont utilisé des armes chimiques

L'ambassadeur de la Russie à l'ONU affirme avoir donné au Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, des documents faisant environ 80 pages, qui montreraient que les rebelles syriens ont utilisé des armes chimiques dans une ville du nord de la Syrie en mars 2013.

Ce mois là, le gouvernement syrien avait demandé à l'ONU d'enquêter sur les allégations selon lesquelles des rebelles avaient usé d’armes chimiques dans la ville de Khan al-Asal, située dans la province d'Alep. La Grande Bretagne et la France avaient rapidement accusé le gouvernement syrien d’avoir utilisé des armes chimiques à au moins trois reprises.

Le Secrétaire général de l'ONU a mis en place une commission d’enquête, mais la Syrie a bloqué son entrée dans le pays, insistant sur le fait que les recherches devaient se limiter aux allégations concernant Khan al-Asal.

Mardi, l'ambassadeur russe, Vitali Tchourkine, a déclaré à la presse que des experts russes avaient prélevé des échantillons sur le site de Khan al-Asal et les avaient testés dans un laboratoire russe agréé par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

« Les résultats de l'analyse indiquent clairement que les obus utilisés contre Khan al-Asal n’étaient pas de fabrication industrielle, et étaient remplis de sarin », a déclaré M. Tchourkine.

Le sarin est un agent neurotoxique puissant, utilisé dans les armes chimiques.

« Par conséquent, il y a tout lieu de croire que ce sont les combattants armés de l'opposition qui ont utilisé des armes chimiques à Khan al-Asal », a poursuivi M. Tchourkine.

L’ambassadeur russe affirme avoir remis à M. Ban des photos et autres documents appuyant la thèse de Moscou, tout en précisant qu’il allait envoyer les mêmes informations à ses homologues occidentaux.

La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont dit ces derniers mois qu'ils ne disposent d'aucune preuve que les rebelles syriens ont utilisé des agents chimiques.
XS
SM
MD
LG