Liens d'accessibilité

Selon le Pentagone, il faudra une campagne longue et ardue pour déloger l'Etat islamique


Chuck Hagel (à g.) et le général Martin Dempsey, évoquant le défi représenté par l'EI le 21 août 2014 (Reuters)

Chuck Hagel (à g.) et le général Martin Dempsey, évoquant le défi représenté par l'EI le 21 août 2014 (Reuters)

Des responsables du Pentagone affirme que les frappes aériennes américaines en Irak ont constitué un revers pour les militants de l'État islamique (EI), mais qu'un large effort international est nécessaire pour vaincre les extrémistes une bonne fois pour toute.

Le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a averti jeudi que l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) est le mieux organisé, et le plus puissant financièrement et militairement de tous les groupes terroristes. Le danger qu’il pose est pire que celui d’Al-Qaida.

« Ils sont plus qu'un groupe terroriste. Ils allient à l’idéologie, la sophistication de la prouesse militaire, stratégique et tactique ; ils sont extrêmement bien financés - oh, c'est au-delà de tout ce que nous avons vu », s’est exclamé Chuck Hagel.

Une telle milice ne peut être éliminée par la force seule. Il faudra que l’Irak opte pour des réformes politiques en vue de réduire ses tensions intercommunautaires.

Le chef d’Etat-major des armes des Etats-Unis, le général Martin Dempsey, rappelle que les militants sont incrustés en Syrie aussi bien qu’en Irak.

« Il faudra s’y attaquer des deux côtés d’une frontière essentiellement inexistante aujourd’hui, et pour cela, il faut attendre d’avoir une coalition dans la région qui s’attèlera à la tâche de vaincre l'État islamique en Irak et au Levant au fil du temps. Le réseau ne pourra être véritablement être battu que lorsqu’il sera rejeté par les 20 millions de sunnites désenchantés qui habitent entre Damas et Bagdad », a estimé le général Dempsey.

M. Hagel a averti ses compatriotes à se préparer à un combat long et ardu, face à un groupe « barbare » qui n’a aucun respect pour l’humanité.

XS
SM
MD
LG