Liens d'accessibilité

Selon le Libéria, le malade de l’Ebola de Dallas aurait menti


L'hôpital Texas Health Presbyterian Hospital à Dallas, au Texas, où Thomas E. Duncan est soigné (Reuters)

L'hôpital Texas Health Presbyterian Hospital à Dallas, au Texas, où Thomas E. Duncan est soigné (Reuters)

Selon les média américains, le Liberia prévoit de poursuivre en justice le premier malade du virus à Ebola hospitalisé cette semaine à Dallas au Texas. Thomas E. Duncan aurait menti sur un formulaire qu’il devait remplir à l’aéroport au Libéria avant son départ pour les Etats-Unis. Dans ce formulaire, il devait déclarer s’il avait eu un contact, ou non, avec une personne infectée par le virus.

Or, dans le formulaire qu'il a rempli le 19 septembre, et dont l’Associated Press (AP) a obtenu une copie, M. Duncan a démenti entre autre avoir soigné un malade de l’Ebola, ou touché le corps d’un mort ou malade du virus.

Or, des voisins de M. Duncan à Monrovia pensent qu’il a été infecté quand il a aidé à porter une voisine enceinte qui souffrait du virus dans un taxi il y a quelques semaines. Il aurait fait partie des personnes qui l’auraient chargée dans la voiture, et l’auraient accompagnée à la recherche d’un traitement. Ensembles, ils auraient gagné l'hôpital John F. Kennedy Memorial Hospital, alors qu'elle était en proie à des convulsions. L'établissement n'ayant pas de lit disponible, il aurait aidé à la ramener chez elle.

La jeune femme, une certaine Marthalene Williams, âgée de 19ans, serait décédée de l'Ebola le 16 septembre.

« Nous attendons des gens qu’ils se conduisent de façon honorable », a déclaré Binyah Kesselly, président du conseil d'administration de l'Autorité aéroportuaire du Libéria à Monrovia, qui est cité par l’AP. L'agence a porté l'affaire auprès du ministère de la Justice, qui se chargera des poursuites.

XS
SM
MD
LG