Liens d'accessibilité

Selon le GIEC, il est encore possible d'enrayer le réchauffement climatique


Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (au c.), présidant la réunion du GIEC à Copenhague au Danemark (AP)

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (au c.), présidant la réunion du GIEC à Copenhague au Danemark (AP)

Le monde peut encore combattre le réchauffement climatique, affirme le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans un rapport publié dimanche. Mais encore faudra-t-il que les pays réduisent à zéro leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2100. Or, les températures moyennes à la surface du globe ont déjà progressé de 0,85 degré Celsius depuis 1880.

Ce rapport de synthèse a été publié à l'occasion d'une conférence à Copenhague au Danemark, en présence du Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon. Il servira de base à la conférence sur le climat organisée par l'ONU, prévue fin 2015 à Paris, et condensait les travaux de 800 scientifiques parus depuis septembre 2013.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, appuie le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Il est temps d'agir, a a-t-il dit, car « les coûts de l'inaction augmentent », et l'on met en danger les générations futures.

« L'essentiel est que notre planète se réchauffe en raison des actions des hommes. Les dégâts sont déjà visibles. Et le défi requiert une action ambitieuse, décisive et immédiate », a poursuivi le secrétaire d'État.

XS
SM
MD
LG