Liens d'accessibilité

Seize passeurs arrêtés pour trafic de migrants depuis la Libye


Des migrants en train d’être secourus en mer par la marine italienne. (Photo non datée, marine italienne via AP)

Des migrants en train d’être secourus en mer par la marine italienne. (Photo non datée, marine italienne via AP)

Les passeurs ont été arrêtés en Italie. Ils étaient parmi les personnes secourues des naufrages au large des côtes libyennes. Le parquet de Catane les soupçonne d'avoir assuré, avec l'appui d'une organisation criminelle libyenne, la traversée de la Libye vers l'Italie de près de neuf cent migrants clandestins ont été arrêtés en Sicile.

Ces passeurs -onze Marocains, deux Palestiniens, un Gambien, un Ethiopien, un Egyptien- se trouvaient avec 884 migrants à bord d'un navire remorqueur italien "Vos Thalassa", débarqués samedi à Catane. Ils avaient été secourus deux jours plus tôt au large des côtes libyennes.

Les interrogatoires de la police et de la garde côtière italiennes ont permis de désigner le Gambien Mohammad Diallo comme le principal responsable de la traversée, qui agissait en contact avec une organisation de trafiquants libyens.

Les témoignages des migrants ont confirmé les conditions inhumaines auxquelles les Africains sont soumis en Libye, livrée au chaos civil, en attendant de partir pour l'Europe.

A leur arrivée dans le pays, ces migrants africains avaient été retenus dans des maisons, dites "connection houses", des localités de Zuara et Sabratah sous la surveillance des trafiquants, qui ne leur donnaient à manger qu'une fois par jour.

Ils avaient dû acquitter entre 500 et 1.000 euros pour la traversée, avant d'être conduits sur une plage et de devoir embarquer sur de petites barques de pêche ou des canots pneumatiques.

D'après les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 200.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe via la Méditerranée cette année.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG