Liens d'accessibilité

Sécurité renforcée dans le métro londonien après une arrestation liée à un colis suspect


Un policier en patrouille devant la station de métro Leytonstone dans l'est de Londres, la Grande-Bretagne, 6 décembre 2015.

Un policier en patrouille devant la station de métro Leytonstone dans l'est de Londres, la Grande-Bretagne, 6 décembre 2015.

Le suspect a été interpellé vendredi à la mi-journée dans une rue du nord de Londres à l'aide d'un pistolet à impulsion électrique Taser par des policiers chargés de la lutte antiterroriste. Il a été appréhendé, selon Scotland Yard, en lien avec la découverte d'un colis suspect dans une rame, qui a entraîné la fermeture d'une station.

Il se trouvait toujours en "détention" à Londres samedi matin, a indiqué le porte-parole de Scotland Yard, précisant que les restes du colis suspect, détruit, étaient "examinés" par la police scientifique afin de déterminer dans quelle mesure il aurait pu se révéler dangereux.

Dans le cadre de l'enquête, des spécialistes de la lutte contre le terrorisme ont perquisitionné samedi une demeure de New Abbott, dans le sud-ouest de l'Angleterre, et y ont découvert "un objet qu'ils ont estimé suspect", a indiqué aussi Scotland Yard.

Il a été procédé à l'évacuation du lieu et un cordon de sécurité long de 200 mètres a été établi tout autour. La police examine actuellement l'objet, a-t-on ajouté de même source.

"Les gens verront davantage de policiers, y compris des agents armés, à l'intérieur et autour des plateformes de transport", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de Londres.

Le niveau d'alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé depuis août 2014 à "grave", le quatrième sur une échelle de 5. A la suite des attentats de novembre 2015 en France, la police avait déjà annoncé le déploiement de 600 policiers armés supplémentaires à Londres, portant leur nombre à 2.800.

Selon le Times, qui s'appuie sur des sources de sécurité, le jeune homme pourrait être un "loup solitaire", un homme agissant seul sans lien avec une éventuelles cellule terroriste.

Interrogé à ce sujet par l'AFP, le porte-parole de Scotland Yard s'est refusé à tout commentaire. La police britannique avait précédemment indiqué ne pas rechercher, "à ce stade", d'autres personnes en lien avec cette affaire, et n'exclure aucune thèse.

Les policiers du contre-terrorisme avaient annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête après la découverte du colis suspect dans la station de North Greenwich, qui a entraîné la fermeture de la station jeudi en fin de matinée.

La station de North Greenwich permet notamment d'accéder à la salle de concert O2 Arena, qui peut accueillir 20.000 spectateurs et où le groupe de rock canadien Nickelback s'est produit jeudi soir.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG