Liens d'accessibilité

Sécheresse en Afrique australe: le pire est à venir selon l'ONU


Des bornes de frontière entre le Zimbabwe et le Mozambique

Des bornes de frontière entre le Zimbabwe et le Mozambique

Les effets de la pire sécheresse de ces 35 dernières années en Afrique australe devraient s'aggraver dans les mois à venir, a alerté vendredi l'envoyé spécial des Nations unies pour El Nino et le climat, à l'issue d'un déplacement au Mozambique.

"Pour beaucoup d'enfants, de femmes et de personnes âgées, les prochains mois seront une véritable lutte pour leur survie", a déclaré Macharia Kamau à la presse à Maputo, précisant que le pic de la crise était prévu pour janvier prochain.

Quelque 18 millions de personnes ont actuellement besoin d'aide alimentaire en Afrique australe, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

De nombreux pays comme le Zimbabwe, le Malawi, le Botswana ainsi que plusieurs provinces d'Afrique du Sud ont déclaré l'état d'urgence.

En juillet et en septembre, la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a lancé un appel total de 2,9 milliards de dollars d'aide d'urgence.

Au Mozambique seul, 1,5 million de personnes sont affectées par la sécheresse, principalement dans le centre et le sud du pays, selon l'Institut national mozambicain de gestion des catastrophes naturelles (INGC),

"Certains districts n'ont pas eu d'eau depuis six saisons agricoles, soit trois ans", a précisé le directeur de l'INGC, Joao Machatine.

Lors de son séjour de quatre jours dans le pays, M. Kamau s'est rendu à Magude (sud), une visite "révélatrice de la gravité de la situation". "Franchement, ce que j'ai vu sur place m'a choqué et attristé", a-t-il déclaré.

"La sécheresse est pernicieuse et trompeuse. Contrairement aux cyclones et aux inondations, les destructions qu'elle sème sur son passage peuvent s'étaler sur des années", a-t-il ajouté, précisant que près de 10.000 têtes de bétails et "des kilomètres de plantations" ont été perdus ces derniers mois au Mozambique .

Pour ce pays, "plus de 200 millions de dollars sont nécessaires. Pour l'instant, 57% de cette somme a été engagée", a précisé M. Kamau.

L'Afrique australe souffre depuis deux ans des effets dévastateurs d'El Nino, un courant climatique qui bouleverse le rythme des pluies et a provoqué une grave sécheresse dans la région.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG