Liens d'accessibilité

Sanctions contre Moscou : les parlementaires américains, sceptiques


Le député républicain de Californie, Ed Royce, trouve que Vladimir Poutine semble s'accomoder des sanctions contre la Russie

Le député républicain de Californie, Ed Royce, trouve que Vladimir Poutine semble s'accomoder des sanctions contre la Russie

Alors que les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) se retrouvent lundi à Bruxelles pour discuter de nouvelles sanctions contre le régime de Vladimir Poutine, certains parlementaires américains restent sceptiques quant à leur efficacité. Ils ont invité l’administration Obama à prendre des mesures plus draconiennes, notamment si Moscou entrave les élections prévues en Ukraine le 25 mai.

De son côté, la Maison-Blanche reste optimiste. Les sanctions adoptées par l’Occident contre Moscou suite à son intervention en Ukraine ont déjà un impact significatif sur l'économie russe, estime-t-elle. Lors d’une audition au Congrès jeudi devant la Commission des affaires étrangères de la Chambre, Victoria Nuland, secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, a évoqué la chute du rouble et de la bourse de Moscou, et le ralentissement de l’économie russe.

« L'économie russe ... faiblit déjà sous la pression de ces sanctions imposées à l'échelle internationale », a déclaré Mme Nuland. Les agences de notation financière pénalisent également la Russie, a-t-elle fait valoir.

Mais si le président de la Commission des affaires étrangères, le député Ed Royce, a reconnu que les sanctions ont un impact, il a également estimé que M. Poutine semble s’en accommoder et les trouver « tenables ». Il faut sévir davantage, a-t-il fait valoir, surtout si Moscou entrave le vote prévu en Ukraine fin mai.

« Nous devons cesser de réagir aux manœuvres de Poutine, en attendant patiemment que les Européens nous rejoignent », a-t-il dit. « Au lieu de cela, nous devons adopter une stratégie proactive pour convaincre le président Poutine que l’impact de son agression sur l’économie russe sera aussi coûteux que durable ».

D’autres parlementaires, dont Ted Poe, député républicain du Texas, se font l’écho de M. Royce. « Je ne pense pas que cela marche », affirme M. Poe, faisant allusion aux sanctions. « Cela n’a pas arrêté la Russie ».
XS
SM
MD
LG