Liens d'accessibilité

L’Arabie saoudite annonce la formation d’une alliance militaire islamique contre le terrorisme


Composée de 34 pays, excluant l’Iran, l’Irak et la Syrie, cette nouvelle coalition est la réponse du monde musulman à un fléau qui a frappé les pays musulmans, selon le chef de la diplomatie saoudienne Adel Al-Jubeir

L'Arabie saoudite a annoncé la création d'une coalition de 34 pays majoritairement musulmans dont l'objectif sera de "combattre le terrorisme militairement et idéologiquement" dans un contexte de montée en puissance de groupes djihadistes.

L’AFP, qui cite le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Al-Jubeir, indique que les pays membres de cette alliance échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire.

Des analystes ont estimé qu'il était trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l'Arabie saoudite qui la dirige est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat des rebelles chiites.

Une initiative symbolique, disent certains, mais son importance pour le royaume wahhabite n’en demeure pas moins grande, Ryad voulant donner la preuve de son intérêt aux réalités de la région.

"Je pense que cette coalition est une réponse de l'Arabie aux allégations persistantes de la communauté internationale sur son engagement insuffisant contre l'EI", estime Farea al-Muslimi, du Carnegie Middle East Centre.

C'est "peut-être une façon de sauver la face" pour les Saoudiens.

La coalition comprend des pays majoritairement sunnites comme l'Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal. En sont exclus l’Iran, l’Irak et la Syrie. Elle sera dotée d'un centre de commandement basé à Ryad, a ajouté SPA.

A la question de savoir si la nouvelle coalition se consacrerait à la lutte contre l'EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane, a répondu qu'elle allait combattre "toute organisation terroriste qui fait son apparition" dans le monde musulman, "le premier à avoir souffert du terrorisme".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG