Liens d'accessibilité

Retour des soldats rebelles dans la capitale du Soudan du Sud


Riek Machar, chef des rebelles en février 2014.

Riek Machar, chef des rebelles en février 2014.

L'ensemble des troupes rebelles censées rentrer à Juba dans le cadre de l'accord de paix signé en août 2015 ont fait leur retour dans la capitale sud-soudanaise, une semaine avant l'arrivée prévue de leur chef Riek Machar, ont annoncé lundi des observateurs internationaux.

Un total de 1.370 soldats et policiers sont arrivés à Juba pour garantir la sécurité de M. Machar - nommé vice-président en février - qui doit, lui, y revenir lundi prochain pour former un gouvernement de transition avec le président Salva Kiir.

Les troupes rebelles ont été transportées à Juba sur des avions des Nations unies ou des vols spécialement affrétés, comme "requis par la première phase du dispositif transitoire de sécurité", a annoncé la Commission de surveillance et d'évaluation (JMEC) de l'accord de paix.

La JMEC avait été créée par l'organisation régionale des pays d'Afrique de l'Est (Igad), pour que l'accord, plusieurs fois violé et dont l'application a été maintes fois repoussée, soit enfin mis en oeuvre.

Le retour de M. Machar à Juba entre dans le cadre de l'accord de paix conclu avec M. Kiir le 26 août 2015, qui prévoit un cessez-le-feu et un mécanisme de partage du pouvoir pour mettre fin à plus de deux ans d'une guerre civile dévastatrice.

Riek Machar a été nommé vice-président du Soudan du Sud le 12 février, un poste qu'il occupait déjà au côté de Salva Kiir avant le déclenchement du conflit en décembre 2013. Il n'a plus remis les pieds à Juba depuis le début de la guerre, et a vécu en exil au Kenya et en Ethiopie.

Le porte-parole des rebelles, Mabior Garang, a cependant accusé dimanche des "faucons" au sein du gouvernement de tenter de saper l'accord de paix, notamment en accroissant le nombre des soldats gouvernementaux à Juba.

Les rebelles "trouvent cette situation inacceptable et se réservent le droit à l'autodéfense", a-t-il prévenu, tout en assurant qu'ils restaient déterminés à appliquer l'accord de paix.

Le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, sur les ruines de décennies de conflit avec Khartoum, avant de replonger deux ans et demi plus tard dans la guerre en raison de dissensions politico-ethniques au sein de l'armée, alimentées par la rivalité entre MM. Kiir et Machar.

Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la guerre et les atrocités dont les deux camps se sont rendus coupables.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG