Liens d'accessibilité

L'opération nigérienne "ville morte" peu suivie, faute de moyen de communication


Conférence de presse du collectif Résistance citoyenne à Niamey, 18 février 2016 (VOA/Nicolas Pinault)

Conférence de presse du collectif Résistance citoyenne à Niamey, 18 février 2016 (VOA/Nicolas Pinault)

À Niamey, les Nigériens n'étaient pas forcément au courant du mouvement "ville morte" organisé par la Résistance citoyenne. L'opération n'a pas été suivie.

L'opération ville morte lancée au Niger pour ce jeudi par les organisations de la société civile regroupées au sein d'un collectif dénommé Résistance Citoyenne a été très peu suivi.

Les transports urbains ainsi que les centres commerciaux ont fonctionné normalement.

Le collectif voulait, à travers cette opération, amené les Nigériens à protester contre l'instauration d'une ''dictature dans le pays'' par les autorités réélues récemment.

Le reportage de notre correspondant à Niamey Abdoul-Razak Idrissa.

"C'était une décision prise rapidement, et avec les coupures intempestives d'électricité, les gens n'ont pas regarder la télévision ou n'ont pas écouté la radio, et la communication n'est pas passée", a expliqué l'un des leaders du collectif à notre correspondant.

XS
SM
MD
LG