Liens d'accessibilité

Gabon : RSF et le CPJ appellent à la relaxe du journaliste Jonas Moulenda


Gabon : RSF et le CPJ appellent à la relaxe du journaliste Jonas Moulenda

Gabon : RSF et le CPJ appellent à la relaxe du journaliste Jonas Moulenda

Il lui est reproché d’avoir impliqué un ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs, Alfred Nguia Banda, dans le meurtre du nouveau directeur de cet organisme.

Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) demandent la relaxe en appel de notre confrère Jonas Moulenda du journal gabonais l’Union. Il a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 500 000 Francs CFA d’amende pour diffamation.

Il lui est reproché d’avoir impliqué un ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs, Alfred Nguia Banda, dans le meurtre du nouveau directeur de cet organisme chargé du trafic maritime au Gabon, René Ziza.

Après avoir été débouté à deux reprises pour « dossier vide », le plaignant a réussi à le faire condamner par le tribunal correctionnel de Libreville. « A aucun moment j’ai accusé M. Nguia Banda », se défend Jonas Moulenda. Ce confère affirme s’être simplement posé la question de sa avoir s’il y avait un lien entre le décès René Zita et l’audit qu’il avait ordonné après son arrivée à la tête du Conseil gabonais des chargeurs.

Pour Jonas Moulenda, Alfred Nguia Banda a tout simplement fait une lecture personnelle de l’article incriminé.

XS
SM
MD
LG