Liens d'accessibilité

Report des élections présidentielle et législatives prévues dimanche en Haïti


Un homme nettoie sa boutique après l'inondation provoquée par l'ouragan Matthieu à Les Cayes, Haïti, 5 octobre 2016.

Un homme nettoie sa boutique après l'inondation provoquée par l'ouragan Matthieu à Les Cayes, Haïti, 5 octobre 2016.

Les élections présidentielle et législatives prévues dimanche en Haïti ont été reportées après le passage destructeur de l'ouragan Matthew dans le pays de la Caraïbe où les premiers tours de scrutin, tenus en 2015, avaient été annulés suite à des violences et des fraudes massives.

Les autorités ont une "évaluation à faire" après le passage du cyclone, a expliqué le président du conseil électoral provisoire (CEP) Léopold Berlanger, assurant qu'une concertation était prévue "avec les autorités concernées, le pouvoir exécutif et les partenaires nationaux et internationaux pour d'ici mercredi (12 octobre, ndlr) pouvoir donner, au plus tard, une nouvelle date pour les élections".

Le pays le plus pauvre de la Caraïbe, très vulnérable aux aléas climatiques en raison de l'importante déforestation, ne peut encore pas établir un bilan du passage du cyclone Matthew.

La région du grand sud, la plus affectée par les intempéries, est coupée du reste du pays suite à l'effondrement d'un pont et aucun contact n'a encore pu être établi avec le département de la Grande Anse, dans le sud-ouest de l'île, qui se trouvait sur la trajectoire directe de l'ouragan Matthew.

"Dans la région du grand sud, nous savons déjà que beaucoup de bâtiments ont perdu leurs toitures et certains allaient être des centres de vote", a expliqué Léopold Berlanger mercredi midi lors d'une conférence de presse.

"Les membres du personnel des bureaux de votes peuvent aussi compter parmi les victimes ou les personnes déplacées", a ajouté le président du CEP.

Haïti est plongée dans une crise politique profonde depuis la publication des résultats du premier tour du scrutin présidentiel qui s'est tenu le 25 octobre 2015.

Face aux contestations de l'opposition de l'époque et après un rapport de la Commission d'évaluation électorale, concluant que le scrutin avait été émaillé de "fraudes massives", les autorités ont décidé d'annuler le vote et de reprendre à zéro l'élection présidentielle.

Le passage de l'ouragan Matthew sur Haïti est donc une nouvelle épreuve majeure pour le retour à l'ordre constitutionnel du pays qui, depuis février, est dirigé par un président provisoire dont le mandat était censé s'achever en juin.

Pour autant, le CEP a tenu mercredi à affirmer sa volonté de faire aboutir ce processus électoral entamé il y a plus d'un an et demi.

"Le processus électoral n'est pas interrompu: on avance et travaille de façon plus intensive pour régler tout ce que nous avions à faire, mais aussi tous ces nouveaux problèmes qui se posent", a conclu Léopold Berlanger.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG