Liens d'accessibilité

Report de la sentence de la "voleuse de bébé" en Afrique du Sud


Le public et les médias seront interdits dans la salle d'audience pendant son témoignage.

Le public et les médias seront interdits dans la salle d'audience pendant son témoignage.

Une Sud-Africaine reconnue coupable de l'enlèvement d'un nouveau-né qu'elle a élevé comme sa fille devra attendre jusqu'à août pour connaître sa sentence, après le report de l'audience au Cap lundi matin.

Le 30 mars 1997, cette femme avait volé le bébé dans son berceau dans une maternité du Cap, où se trouvait encore sa mère biologique.

Elle a élevé l'enfant comme sa propre fille jusqu'à ce qu'une incroyable coïncidence permette de révéler la véritable identité de la jeune fille, aujourd'hui âgée de 19 ans.

Le 10 mars dernier, un tribunal du Cap a reconnue la femme de 50 ans coupable d'enlèvement. Elle est actuellement en détention provisoire.

La justice devait entendre les arguments des deux parties à compter de ce lundi, afin de déterminer la sentence. Mais la défense, qui plaide les circonstances atténuantes, a demandé davantage de temps pour se préparer, et la justice a décidé lundi de reporter l'audience au 1er août.

La Sud-Africaine, qui ne peut pas être nommée pour préserver l'identité de la jeune fille, encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Selon le système judiciaire sud-africain, le tribunal se prononce d'abord sur la culpabilité ou non de l'accusé, et dans un second temps seulement décide de la condamnation. Pour permettre au juge de décider de la sentence, les deux parties présentent leurs arguments lors d'une audience.

La véritable identité de l'enfant kidnappée, prénommée Zephany par ses parents biologiques, a été découverte en 2015.

Des lycéens avaient remarqué une troublante ressemblance entre Zephany, qui entrait alors en classe de terminale, et Cassidy Nurse, une nouvelle élève de son établissement, plus jeune qu'elle.

Les parents de Cassidy ont contacté la police, et les tests ADN ont révélé que la jeune fille était effectivement leur enfant.

Sans le savoir, la famille Nurse avait vécu à quelques kilomètres seulement de leur fille kidnappée. Chaque année, ils ont célébré son anniversaire, ne perdant pas espoir de la retrouver.

Zephany, qui a été élevée avec un autre prénom, doit être appelée comme témoin par l'accusation au moment de l'audience du verdict.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG