Liens d'accessibilité

Renforcement de la coopération entre le Cameroun et le Nigeria


Paul Biya et Muhammadu Buhari, Yaoundé, 29 juillet 2015.

Paul Biya et Muhammadu Buhari, Yaoundé, 29 juillet 2015.

Les présidents nigérian et camerounais ont décidé de renforcer la coopération entre les deux pays pour combattre les insurgés islamistes de Boko Haram, au terme d'une visite de M. Buhari à Yaoundé.

"Les deux chefs d'Etat ont relevé avec satisfaction l'affaiblissement en cours des capacités opérationnelles de Boko Haram", face à la coalition militaire régionale mise sur pied début 2015 et à laquelle participent le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, et le Niger, selon un communiqué conjoint publié jeudi.

Le président Biya et son homologue nigérian, venu mercredi au Cameroun pour une visite de 24 heures, ont exprimé "leur détermination commune à éradiquer Boko Haram et dans cette optique, ont convenu, entre autres, d'intensifier l'échange de renseignements entre les services de sécurité des deux pays".

De même, les deux hommes "se sont engagés à renforcer la coopération sécuritaire tout le long de leurs frontières communes", ajoute le document.

Les deux chefs d'Etat ont également renouvelé "leur soutien à la force multinationale mixte dans la guerre contre Boko Haram", qui devait être déployée le 30 juillet au plus tard, selon les annonces faites à l'issue d'un sommet militaire régional organisé à Abuja en juin.

Mais très peu d'informations sur le déploiement de la Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF), qui doit compter 8.700 hommes au total et a son siège à N'Djamena, ont filtré depuis lors, laissant craindre des retards.

Interrogé par la presse, M. Buhari a affirmé jeudi que cette force "devrait être en place d'ici demain, à la fin de ce mois", sans autre précisions. Par ailleurs, a-t-il ajouté, "après les promesses faites par les pays du G7 pour aider la région à vaincre Boko Haram, nous attendons de l'aide en termes de formation, d'équipement et de renseignement".

La visite du chef d'Etat nigérian avait été placée sous haute sécurité, alors que le nord du Cameroun a été frappé par cinq attentats-suicides meurtriers sans précédent en deux semaines.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG