Liens d'accessibilité

Rencontre envisagée entre les présidents israélien et palestinien à Bruxelles


Martin Schultz, président du Parlement européen, le 1er juillet 2014

Martin Schultz, président du Parlement européen, le 1er juillet 2014

Le président du Parlement européen Martin Schulz a annoncé qu'il espérait organiser une brève rencontre entre le président israélien Reuven Rivlin et son homologue palestinien Mahmoud Abbas mercredi en fin de journée à Bruxelles.

"Si nous arrivons à les faire se croiser dans l'enceinte du Parlement européen, je pense qu'ils ne partiront pas en courant, donc je ferai de mon mieux pour les faire se croiser", a déclaré M. Schulz lors d'un point de presse à Bruxelles.

"Je peux vous assurer que je ne partirai pas en courant", a rebondi, debout à ses côtés, M. Rivlin, qui venait de s'adresser aux eurodéputés.

Mais "le progrès diplomatique que je souhaite dépend un peu des plannings des deux" responsables, a expliqué M. Schulz, se disant dans l'incapacité de prédire si le président de l'Autorité palestinienne atterrira à temps pour rencontrer M. Rivlin, qui doit dîner au Parlement européen.

Ce serait la première rencontre entre MM. Abbas et Rivlin depuis que ce dernier est devenu le chef de l'Etat israélien, en juillet 2014.

Figure populaire et haute en couleur, "Ruby" (diminutif de Reuven) Rivlin fait partie de l'aile la plus à droite du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et il est un partisan déclaré du "Grand Israël", hostile à la création d'un Etat palestinien.

Il se trouve à Bruxelles pour une visite de quatre jours, qui se terminera jeudi, alors que Mahmoud Abbas rend lui aussi visite aux dirigeants européens mercredi et jeudi.

L'UE, qui fait partie du Quartet pour le Proche-Orient avec l'ONU, les Etats-Unis et la Russie, essaie de faire repartir les négociations de paix, au point mort depuis plus de deux ans.

Ces visites interviennent alors que le Quartet doit rendre prochainement un rapport de recommandations pour tenter de faire repartir ces négociations, et que la France s'active pour que les deux parties se reparlent dans le cadre d'une conférence internationale avant la fin de l'année.

Devant le Parlement européen, M. Rivlin a dénoncé les "erreurs fondamentales" de l'initiative française. "Revenir à des négociations pour le simple plaisir de négocier ne nous rapproche pas de la solution tant attendue" au conflit, a-t-il lancé.

"Ce n'est pas une tâche facile pour moi de (...) dire qu'aujourd'hui un accord de paix permanent entre nous et les Palestiniens ne peut être trouvé", a-t-il ajouté.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG