Liens d'accessibilité

Réconciliation difficile à Buleusa en RDC


Quelques personnes marchent à proximité d'un pneu brûlé par des manifestants dans la rue dans la capitale Kinshasa, RDC, 19 janvier 2015.epa/ STR

Quelques personnes marchent à proximité d'un pneu brûlé par des manifestants dans la rue dans la capitale Kinshasa, RDC, 19 janvier 2015.epa/ STR

Roger Kungerwa Bihango a hérité d'une tâche ardue : réconcilier les deux communautés rivales de Buleusa, dans l'est de la République démocratique du Congo.

À 73 ans, ce fonctionnaire provincial a été nommé spécialement comme délégué du gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, dans ce village agricole perché à 1.800 m d'altitude et aujourd'hui coupé en deux dans un climat de défiance, si ce n'est de haine, entre Kobo et Hutu.

"À mon arrivée (le 1er juillet), j'ai trouvé une situation tendue", concède M. Kungerwa, devant la tente blanche qui lui sert de logement et de bureau dans le haut de la localité, à quelques centaines de mètres du camp de déplacés hutu installé au sommet d'une colline, autour d'une position de l'armée congolaise.

Depuis lors, M. Kungerwa s'efforce de "sensibiliser", de prêcher "la tolérance", qu'il faut savoir "oublier le passé".

Totalement dépourvu d'infrastructures, Buleusa, que l'on atteint par une piste abandonnée, est situé en territoire de Walikale, dans le centre-est du Nord-Kivu, province déchirée par les conflits armés depuis plus de 20 ans.

De 1999 à 2015 - à quelques périodes d'offensives de l'armée congolaise près - la localité s'est retrouvée sous la coupe des rebelles hutus rwandais présents au Kivu depuis 1994.

En novembre 2015, la population (Hutu et Kobo) fuit le village à l'approche de groupes maï-maï (milices congolaises d'autodéfense) qui finissent par déloger ces combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), milice dont les fondateurs sont accusés d'avoir participé activement au génocide des Tutsi au Rwanda (1994).

Avant de décrocher, les FDLR brûlent des maisons. En quelques jours, 90% des habitations sont incendiées, selon la Mission de l'ONU au Congo (Monusco). Les restes calcinés de nombreux logis en torchis sont encore visibles parmi les bananiers ou à côté des maisons reconstruites.

Les Kobo, communauté autochtone du groupement d'Ikobo (dont Buleusa est le chef-lieu), sont rentrés les premiers, à partir de janvier, après que l'armée régulière eut repris la localité. Les Hutu on suivi en mars.

- Occupation -

Mais ils ne sont pas les bienvenus. Avec les FDLR, "ils étaient les tenants de Buleusa", explique Petro Kasereka Bwanandeke, chef de la localité.

Les Kobo gardent un douloureux souvenir de l'occupation. "C'était vraiment un calvaire, dit Masumbuko Malikanda, secrétaire du groupement, on payait des taxes aux FDLR, on cultivait pour eux parce qu'ils étaient armés, il leur fallait les plus belles femmes".

"Ils ont commis des violences, des tortures", ajoute-t-il, parlant aussi des viols "occasionnels", pas "systématiques", commis par les miliciens.

Face au ressentiment de leurs voisins, les Hutu de Buleusa créent un camp sur les hauteurs de la ville. Mais n'ayant rien pour subsister, "ils ont commencé à piller les vivres des autochtones", dit M. Kungerwa, le fonctionnaire.

Il y a des affrontements à plusieurs reprises, des morts. Hutu et Kobo s'accusent mutuellement de bloquer l'accès des champs de l'autre communauté. Chez ces agriculteurs, tout le monde a une machette pour travailler : les choses peuvent vite dégénérer. Trois personnes ont encore été blessées il y a quelques jours.

Mi-juin, des combattants maï-maï ont brûlé le camp hutu. Les Casques bleus postés à l'entrée du village sont intervenus et ont tué six assaillants. Côté kobo, on accuse la Monusco d'avoir tué des civils.

Après l'attaque, les Hutu se sont réfugiés au sommet de la colline, près des soldats, où ils s'entassent sous des huttes dans des conditions de misère. Rejoints par d'autres Hutu venus des territoires voisins de Rutshuru et Masisi, ils sont aujourd'hui plus de 2.500, dit M. Kungerwa.

Pour les Kobo, le camp servirait de refuge à des FDLR, et la crainte, en plus de la menace que cela pourrait représenter pour leur sécurité, est de voir les autres Hutu - ceux qui ne viennent pas de Buleusa - accaparer leurs terres. On accuse la Monusco (qui ravitaille le camp) et les autorités de n'en avoir que pour les Hutu.

- Jalousie -

"Sommes-nous encore au Congo, ou au Rwanda ici ?", s'emporte le chef Bwanandeke.

Originaires du Rwanda, les Hutu étaient présents en petit nombre au Nord-Kivu à l'arrivée des Européens à la fin du XIXe siècle. Au XXe, ils arrivent par vagues successives (avec des Tutsi) d'abord transplantés par le colonisateur belge à la recherche de main-d'oeuvre agricole, puis pour des raisons économiques ou politiques au gré de l'histoire mouvementée du Rwanda dans la deuxième moitié du siècle.

Travailleurs, ils acquièrent des terres, toujours davantage. Sur fond de litiges identitaires et politiques exacerbés par le pouvoir finissant du dictateur Mobutu Sese Seko, le conflit foncier entre Banyarwanda (Hutu et Tutsi, perçus comme des étrangers) et communautés autochtones débouche sur des massacres interethniques faisant plusieurs milliers de morts en 1993. Les Banyarwanda fuient en masse à l'est de la frontière.

L'année suivante, après la prise du pouvoir à Kigali par la rébellion tutsi qui met fin au génocide rwandais, plus de deux millions de Hutu se réfugient côté congolais fragilisant un peu plus un territoire morcelé en une mosaïque ethnique, et contribuant à l'avènement des deux conflits qui vont ravager le Congo entre 1996 et 2003.

L'ostracisme dont souffre sa communauté revient comme un leitmotiv dans la bouche d'Innocent Bahati Kayagwe, le chef du camp de déplacés. À l'entendre, les Hutu sont les éternelles victimes et ont souffert davantage que les Kobo de l'occupation FDLR.

Finalement, concède-t-il, "la seule chose qui nous oppose, ce sont les champs. Quand nous sommes arrivés ici, nous avons acheté les champs et après les récoltes, nous achetons des vaches ou des chèvres pour l'élevage, et les autochtones sont jaloux de ça".

M. Bahati ne cache pas que ses congénères ont l'intention d'acquérir davantage de terres, mais il explique ce besoin par la pression foncière plus au sud.

Là, les petits agriculteurs sont progressivement contraints d'abandonner leurs champs aux grands propriétaires (Tutsi surtout) ou pour des raisons de transmission patrimoniale, les familles étant nombreuses : un terrain vendu dans le sud de Walikale, le Rutshuru ou le Masisi permettra d'acheter dix fois plus grand à Buleusa ou dans ses environs.

Samedi, une équipe de la Commission nationale des réfugiés (CNR) est arrivée pour identifier les habitants du camp afin de pouvoir faire le tri entre Hutu de Buleusa et Hutu d'ailleurs (éventuellement non congolais) en vue de réinstaller chez eux les premiers et de relocaliser les autres.

Mais un tract kobo à l'attention des autorités circule, appelant au "départ" de tous les déplacés avant toute "identification". La mission de Roger Kungerwa semble loin d'être achevée.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG