Liens d'accessibilité

Remise de peine et liberté pour une avocate franco-camerounaise


Le président Camerounais Paul Byia et son épouse Chantal Byia dans un bureau de vote à Yaoundé, le 11 Octobre 2004

Le président Camerounais Paul Byia et son épouse Chantal Byia dans un bureau de vote à Yaoundé, le 11 Octobre 2004

Le président camerounais Paul Biya a annoncé une remise de peine à l'avocate française d'origine camerounaise Lydienne Yen-Eyoum Loyse, condamnée à 25 ans de prison pour détournement de fonds publics.

"Une remise totale de la peine restante à purger est accordée à Yen-Eyoum Lydienne Annette, épouse Loyse, condamnée à 25 ans de prison pour détournement de deniers publics", a écrit le président Biya dans un décret présidentiel lu lundi soir sur les antennes de la radio d'Etat.

M. Biya charge le ministre de la Justice, Laurent Esso, "de l'exécution" de cette mesure.

"C'est magique. Elle est en train de sortir de prison, là, ce soir", a réagi l'avocate parisienne de Mme Yen-Eyoum, Caroline Wassermann, jointe par l'AFP.

Mme Yen-Eyoum a déjà passé huit ans en prison. Arrêtée en janvier 2008, elle avait été condamnée à 25 ans de prison le 26 septembre 2014 par le Tribunal criminel spécial (TCS). Cette juridiction spécialisée dans la répression de la grande corruption l'avait reconnue coupable du détournement de 1,077 milliard de FCFA (1,5 million d'euro).

Le 9 juin 2015, la peine avait été confirmée par la Cour suprême, le dernier niveau de juridiction du Cameroun. Avocate, Mme Yen-Eyoum a toujours clamé son innocence.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG