Liens d'accessibilité

Réfugiés: le président allemand appelle Washington à s'impliquer pleinement


John Kerry, secrétaire d’état américain, et le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, à Berlin.

John Kerry, secrétaire d’état américain, et le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, à Berlin.

Montrés du doigt pour leur manque de réactivité face à cette crise migratoire déclenchée par le conflit en Syrie, les Etats-Unis ont annoncé début septembre qu'ils allaient accueillir 10.000 réfugiés sur les 12 mois à venir, un chiffre qui n'a cependant pas fait taire les critiques.

Le président allemand Joachim Gauck a appelé mercredi, lors d'une rencontre avec Barack Obama, les Etats-Unis à s'impliquer pleinement face à la crise migratoire à laquelle l'Europe est confrontée. « Nous sommes conscients du fait qu'il s'agit d'un défi humanitaire majeur, » a déclaré M. Gauck, dont les propos étaient traduits, lors d'une rencontre avec son homologue américain à la Maison Blanche. « Mon souhait serait que cette prise de conscience n'existe pas seulement en Europe mais soit aussi réelle aux Etats-Unis », a ajouté le président allemand, qui a essentiellement un rôle de représentation, appelant à trouver une solution « pour ceux qui fuient leur pays », mais aussi une solution « pour s'attaquer aux causes du problème. » La crainte de l'arrivée de jihadistes ultra-radicaux par ce biais occupe une place centrale dans le débat politique américain.

M. Obama a de son côté salué mercredi la « voix claire » du président allemand face à de nombreuses crises internationales, de « la situation dramatique en Syrie, avec la nécessité d'apporter une réponse humaine à la crise des réfugiés, jusqu'à la recherche d'une solution diplomatique pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire. »

Fin septembre, le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait loué le comportement de l'Allemagne face à cette crise, y voyant « un exemple remarquable », alors que le pays devrait accueillir entre 800.000 et un million de demandeurs d'asile sur l'ensemble de l'année 2015. Il s'agit de la première visite d'un président allemand à la Maison Blanche depuis 1997, lorsque Roman Herzog avait rendu visite à Bill Clinton.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG