Liens d'accessibilité

Réfugiés : la Bavière accuse l'Autriche et en appelle à Angela Merkel


Des migrants à l’entrée d’un camp de refugies à Spielfeld, en Autriche, le 25 octobre 2015

Des migrants à l’entrée d’un camp de refugies à Spielfeld, en Autriche, le 25 octobre 2015

Le dirigeant de la Bavière, Horst Seehofer, a vivement attaqué le voisin autrichien qu'il accuse d'envoyer des milliers de réfugiés vers l'Allemagne sans avertir les autorités bavaroises et appelé la chancelière allemande à intervenir.

"Ce comportement de l'Autriche pèse sur les relations entre voisins", a assuré le ministre-président de la Bavière, dans un entretien au quotidien régional Passauer Neue Presse. "On ne peut pas et on ne doit pas se comporter ainsi", a ajouté le dirigeant conservateur.

Les autorités de ce puissant Etat régional, qui, de par sa situation géographique, gère quasiment tout l'afflux de réfugiés à leur arrivée en Allemagne, accusent les Autrichiens de ne pas les informer de l'arrivée de nouveaux migrants, ce qui empêche la police bavaroise d'organiser leur accueil à temps. La police autrichienne a rejeté ces accusations qu'elle a qualifiées de "blague" et assuré que les deux pays étaient en contact permanent pour coordonner leur action.

"Si l'Autriche reçoit 11.000 personnes à Spielfeld (à la frontière avec la Slovénie, ndlr) chaque jour, la Bavière ne peut pas dire qu'elle va s'occuper de seulement 50 personnes par heure à sa frontière. C'est une blague", a estimé un porte-parole de la police autrichienne, David Furtner.

Il a également rappelé que le gouvernement allemand avait affirmé que tous les réfugiés étaient les bienvenus. "Il semble qu'il y ait un problème d'interprétation par la police allemande qui contrevient à cette directive par des restrictions (sur le nombre de réfugiés)", selon lui. Quelque 2.000 migrants sont arrivés lundi soir à pied en Bavière, en provenance du pays voisin, sans que la police bavaroise n'ait été au préalable informée.

L'Autriche a averti les Allemands que neuf bus devaient franchir la frontière ce mardi, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police bavaroise, Frank Koller. "Mais de sources pas officielles, nous savons que 22 bus sont en fait en route", a-t-il ajouté regrettant que les Autrichiens ne livrent des informations différentes d'une source à l'autre.

C'est "maintenant le devoir de la chancelière de parler avec l'Autriche", a également jugé M. Seehofer, qui ferraille contre Angela Merkel depuis qu'elle a décidé d'ouvrir en grand les portes de l'Allemagne aux réfugiés fuyant les zones de conflit en Syrie et en Irak, notamment.

"La mesure la plus importante qui devrait être prise immédiatement est un coup de fil entre la chancelière et son homologue autrichien, Werner Faymann", selon lui. A Vienne, le cabinet du chancelier a assuré que ce dernier se trouvait "en contact étroit" avec Merkel sur la question des réfugiés.

Sans fournir le moindre détail concret, M. Seehofer a également fixé un ultimatum à Berlin jusqu'"à la Toussaint", c'est-à-dire dimanche, pour gérer et limiter les arrivées de réfugiés.

"Si je n'obtiens pas gain de cause d'ici là, nous devrons réfléchir aux possibilités d'action que nous avons", a-t-il assuré, sans les détailler. M. Seehofer a déjà brandi la menace de "mesures d'urgence" mais est toujours resté vague sur ce qu'il pourrait décider de faire, une fermeture pure et simple des frontières semblant exclue car n'étant pas du ressort d'un Etat régional.

Le ministre de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann, a également porté des coups de griffe à Vienne, affirmant "n'avoir jamais vécu ça avec l'Autriche", un pays dont la Bavière est culturellement proche et avec qui elle entretient des relations étroites.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG