Liens d'accessibilité

Référendum au Congo-Brazzaville : faible affluence dans les bureaux de vote


Le président du Congo Denis Sassou Nguesso, le 22 janvier 2015. (Reuters/Anis Mili)

Le président du Congo Denis Sassou Nguesso, le 22 janvier 2015. (Reuters/Anis Mili)

Le scrutin pour le référendum ouvrant la voie à un autre mandat pour le président congolais Sassou Nguesso a démarré timidement dimanche au Congo, les électeurs arrivant au compte-goutte pour voter.

Les électeurs congolais, appelés à se prononcer par référendum sur un projet de Constitution ouvrant la voie à une nouvelle candidature pour le président Denis Sassou Nguesso, sont arrivés au compte-gouttes aux bureaux de vote, dimanche 25 octobre au matin.

A la mi-journée, l'affluence était toujours discrète dans les bureaux de vote de la capitale congolaise, où la circulation automobile était interdite sauf laissez-passer spécial de la police.

M. Sassou Nguesso a glissé son bulletin dans l'urne vers 12 h30 (11 h 30 GMT) au bureau de l'École nationale des beaux-arts - près du Palais présidentiel - le seul des six centres visités par l'AFP où l'on pouvait voir une file d'attente.

"Nous voulons changer pour avoir une Constitution d'avenir et non comme les autres l'évoquent de façon superficielle parce que le président veut briguer de nouveaux mandats. Cette question n'est pas à l'ordre du jour", a affirmé le chef de l'État, appelant ses détracteurs à venir "exprimer (leur mécontentement) par les urnes" plutôt qu'en s'abstenant.

"Ça ne m'intéresse pas de voter"

Vers midi (11 h GMT), un peu moins de 10 % des inscrits avaient voté à la mairie de Makélékélé, un des quartiers sud de Brazzaville qui s'était embrasé mardi, selon le responsable de ce centre de vote.

A Pointe-Noire (sud), la capitale économique dominée par l'opposition, un journaliste de l'AFP a constaté que trois centres de vote installés dans le quartier 120 Mpaka (sud-est) étaient déserts.

Dans l'un de ces centres comptant près de 4 000 inscrits, on pouvait voir moins d'une dizaine d'enveloppes à travers l'urne en plastique transparente à la mi-journée, dans les autres les urnes étaient vides.

"Je suis venu voir si mon nom est sur la liste mais cela ne m'intéresse pas de voter", a déclaré Geoffroy, âgé d'une vingtaine d'années.

A Sibiti (220 km à l'ouest de Brazzaville), un membre de la commission diocésaine catholique locale Justice et Paix a affirmé par téléphone à l'AFP avoir vu "quelques dignitaires du pouvoir" distribuer de l'argent pour inciter les gens à aller voter.

Les électeurs ont le choix entre voter "oui" (bulletin vert) ou "non" (bulletin rouge) au projet de nouvelle constitution. Celui-ci permettrait de faire sauter les deux verrous qui empêchent actuellement le chef de l'État de briguer un troisième mandat : la limite d'âge et celle du nombre des mandats présidentiels. Revenu au pouvoir par les armes en 1997, M. Sassou Nguesso cumule plus de 31 ans à la tête du pays.

Les bureaux de vote devaient fermer à 18 h (17 h GMT). Les résultats du référendum ne devraient pas être connus avant plusieurs jours.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG