Liens d'accessibilité

Washington appelle à un effort international soutenu pour la RDC


Le secrétaire d'Etat-adjoint pour l'Afrique Johnnie Carson (photo prise à Nairobi, Kenya, le 10 juin 2012)

Le secrétaire d'Etat-adjoint pour l'Afrique Johnnie Carson (photo prise à Nairobi, Kenya, le 10 juin 2012)

Le secrétaire d'État adjoint Johnnie Carson a réitéré l’appui des États-Unis pour un processus de paix sous l'égide de l'ONU pour la RDC.

Lors d’un exposé à la Brookings Institution (un centre de réflexion de Washington), le secrétaire d'État adjoint américain chargé de l'Afrique, Johnnie Carson, a réitéré l’appui de l’administration Obama pour un processus de paix international sous l'égide de l'ONU pour la République démocratique du Congo.

Ce message intervient alors qu’à Kampala, des pourparlers entre les rebelles du M23, qui contrôlent une partie de l’Est de la RDC, et le gouvernement du président Joseph Kabila tardent à produire des résultats.

Les combattants du M23 avaient occupé Goma, en novembre 2012.

Les combattants du M23 avaient occupé Goma, en novembre 2012.



"Une solution élaborée et soutenue par la communauté internationale est le seul moyen d'aller de l'avant. Nous y sommes parvenus pour l'ancienne Yougoslavie (...) Nous avons pu stopper le conflit au Soudan. On doit produire un effort tout aussi dynamique et international pour la RDC", a plaidé Johnnie Carson.

Un analyste congolais, le professeur Mvemba Dizolele (qui est chercheur à l’Université de Stanford, en Californie) salue la position du Département d’État, mais suggère que les États-Unis devraient faire davantage.



Rappelons que le secrétaire d’État adjoint Johnnie Carson a également exhorté « la RDC, le Rwanda, l'Ouganda et d'autres pays de la région à signer et appliquer le plus tôt possible l'accord-cadre des Nations unies » qu’ils n’ont pas pu finaliser lors du récent sommet de l’Union africaine, à Addis Abeba, en Ethiopie.

Sur le terrain, dans l’Est de la RDC

Au Nord-Kivu, divers secteurs ont réagi à la signature d’un pacte de non-agression mutuel entre les groupes armés de Masisi.

Retrait du M23 de Masisi, le 30 nov. 2012

Retrait du M23 de Masisi, le 30 nov. 2012


Il y a quelques jours, les chefs de cinq groupes armés opérant dans ce territoire ont décidé de mettre fin aux conflits ethniques qui les opposent depuis plusieurs années.

Les signataires de ce pacte de non-agression sont les Forces pour la défense des droits humains (FDDH/Nyatura), le Mouvement d’Action pour le Changement (MAC), l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain(APCLS), le Rahiya Mutomboki et un groupe de déserteurs de l’armée républicaine, les FARDC.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG