Liens d'accessibilité

RDC : une nouvelle opération Monusco-armée contre les ADF


L'envoyé spécial de l'ONU en RDC, Martin Kobler, fait un discours à Goma, RDC, le 31aout 2013.

L'envoyé spécial de l'ONU en RDC, Martin Kobler, fait un discours à Goma, RDC, le 31aout 2013.

L'armée de la République Démocratique du Congo et les Casques bleus ont lancé mardi une opération conjointe contre les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) soupçonnés d'être responsables d'une série de massacres en territoire de Béni.

Les Forces armées de la RDC (FARDC) et les soldats de la brigade d'intervention de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) disent vouloir en finir avec la milice des ADF.

Mais l'opération risque d'être longue, a averti récemment le chef de la Monusco, Martin Kobler.

Installés dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF, opposés au président ougandais Yoweri Museveni, ont déjà été visés par plusieurs opérations militaires, mais jamais vaincus.

L'offensive en cours est en fait la relance de l'opération congolaise Sokola 1 engagée en janvier dans le nord de la province du Nord-Kivu contre ces rebelles, qu'elle avait fortement affaiblis, mais qui s'était brusquement arrêtée après la mort, fin août, du général qui la commandait.

En dépit de la vague de massacres qui a frappé la région de Beni depuis début octobre, elle n'a repris que samedi.

Il s'agit "de démanteler les résidus des ADF qui sont encore dans la zone", a déclaré à l'AFP le colonel Célestin Ngeleka, porte-parole de l'opération Sokola 1, joint par téléphone de Goma, la capitale du Nord-Kivu.

La brigade d'intervention de la Monusco est partie prenante et apporte aux FARDC un "appui logistique" mais aussi un "appui tactique" et un "soutien médical", entre autres, a indiqué le lieutenant-colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole militaire de la mission onusienne.

Le territoire et la ville de Beni (place commerciale importante à environ 250 km au nord de Goma) ont été endeuillés par une succession de massacres de civils ayant fait plus de 260 morts depuis le début du mois d'octobre.

Les autorités congolaises et la Monusco accusent les ADF d'être les auteurs de ces tueries jamais revendiquées.

XS
SM
MD
LG