Liens d'accessibilité

RDC: procès en appel de six militants : la défense refuse de comparaître


La cour suprême de Kinshasa

La cour suprême de Kinshasa

La défense des six militants condamnés à deux ans de prison en première instance a "refusé" de comparaître jeudi à l'ouverture du procès en appel à Goma, ville de l'est de la République démocratique du Congo, dénonçant une violation du principe d'un procès équitable.

La défense a "refusé de comparaître parce qu'à nos yeux il y a violation flagrante du principe d'un procès équitable", a déclaré à l'AFP Me Georges Kapiamba, coordonnateur du collectif des avocats de la défense.

"Nos clients ont été notifiés hier à 17h00" de l'ouverture du procès en appel, "le tribunal a décidé de fixer la première audience aujourd'hui à 9h00, moins de 24 heures alors que la loi prévoit un délai de huit jours" entre les deux actions pour permettre aux accusés de préparer leur défense, a-t-il expliqué au téléphone.

"Nous sommes en train de préparer d'autres actions pour faire arrêter cette parodie de justice", a-t-il ajouté.

Partagé entre le "doute" et la confiance en une "justice capable de se montrer indépendante", un militant de Lucha ayant requis l'anonymat croit que les six militants "seront acquittés".

Âgés de 23 à 28 ans, les six prévenus militent au sein du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) basé à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC. Mouvement des jeunes indignés, Lucha se définit comme une structure apolitique et non violente.

Les jeunes gens ont été condamnés à deux ans de prison pour "incitation à la révolte", en marge d'une grève générale décrétée par l'opposition le 16 février, date qui marque l'anniversaire de la répression meurtrière de la "marche des chrétiens" qui réclamaient la démocratie en 1992.

Lundi, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende avait accusé Lucha d'être "un mouvement qui prône ouvertement l'anarchie et le chaos en RDC".

Le climat politique est tendu depuis des mois en RDC où l'opposition, l'ONU et diverses organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent la politique répressive des autorités congolaises.

AFP

XS
SM
MD
LG