Liens d'accessibilité

RDC : "Mon armée va vous surprendre" affirme le général François Olenga


Le Général François Olenga

Le Général François Olenga

On ne l'avait pas entendu s'exprimer depuis sa sortie fracassante de Minova. Le général François Olenga sort de son silence. Entretien exclusif du chef d’état-major de l’armée de terre congolaise avec notre envoyé spécial Nicolas Pinault.

Trois mois après la prise de Goma, quelle est la situation sur le terrain ?

François Olenga : "La situation est calme malgré les renforcements du M23. Nous espérons qu'après Kampala, la situation restera stable."

Quelle est votre analyse de ce qui se passe dans l'est de la RDC ?

François Olenga : "Je n'ai pas à analyser. J'ai à défendre Goma et le Nord-Kivu. Il n'y a pas d'analyse à faire, c'est la guerre. Ni Kampala, ni New-York, ne pourront terminer cette guerre. Donc, nous les militaires, nous nous préparons pour défendre la République Démocratique du Congo et la bataille de Goma sera dure pour le M23 et le Rwanda."

Vous souvenez-vous de votre arrivée sur le terrain en novembre 2012, entre Saké et Minova ?

François Olenga : "La situation était très confuse. La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est de fusiller tous les traîtres de la patrie. On ne peut pas défendre la patrie avec des traîtres. Y en avait beaucoup et il y en a encore."

Les forces armées congolaises (FARDC) sont souvent critiquées. Qu'en pensez-vous ?

François Olenga : "Notre armée a beaucoup souffert de l'embargo imposée. Les Rwandais, les Ougandais et les Burundais sont venus envahir le Congo. A l'époque, ils n'étaient pas sous embargo. Ils se sont même battus à Kisangani et n'ont jamais été condamnés. Aujourd'hui, il n'y a plus d'embargo et vous allez voir comment mon armée va réagir pour défendre la patrie."

En cas d'accord à Kampala, on pourrait voir une réintégration des éléments du M23 comme à l'époque du CNDP. Quel est votre avis sur cette question ?

François Olenga : "Il faut poser cette question aux politiciens. On ne peut pas intégrer la plupart de ces gens-là, c'est la troisième ou quatrième fois. Apres avoir tué leurs collègues, violé nos enfants, nos femmes nos mères, il faudrait les intégrer ? Apres avoir pillé nos richesses et pillé Goma, il faudrait les intégrer ?"

Pourquoi y a-t-il une telle instabilité dans la région depuis vingt ans ?

François Olenga : "Il y aura de l'instabilité aussi longtemps que les pays voisins l'alimentent. Mais mon armée va vous surprendre. La défense de Goma et du Nord-Kivu va vous surprendre."

Votre prédécesseur, le Général Gabriel "Tango Four" Amisi a été suspendu à la suite d'allégations sur sa participation à un trafic d'armes. Aujourd'hui, quelle est sa situation ?

François Olenga : "Ce sont des accusations qui doivent être prouvées. Une commission d'enquête a été constituée, nous attendons ses conclusions. Alors, il sera réhabilite ou transféré à la justice militaire."

Vous qui le connaissez, vous y croyez ?

François Olenga : "C'est difficile mais moi je sais qu'Amisi ne peut pas donner des armes aux rebelles."

Propos recueillis par Nicolas Pinault

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG