Liens d'accessibilité

Les tirs meurtriers des forces de l'ordre sur une foule en colère à Kolwezi


Le drame a eu lieu à Kolwezi, grande cité minière de la République démocratique du Congo.

Le drame a eu lieu à Kolwezi, grande cité minière de la République démocratique du Congo.

Fatigués de la banalisation des actes de violences, les habitants s'étaient réunis pour exprimer leur colère. Les forces de l'ordre ont répondu par des tirs meurtriers.

Deux personnes au moins ont été tuées lorsque les forces de l'ordre ont ouvert le feu dimanche sur une foule en colère après un braquage mortel à Kolwezi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Le point de départ du drame est la mort de deux personnes abattues dans la nuit de samedi à dimanche pour avoir résisté à un vol à main armée sur un terrain privé de Kolwezi, grande cité minière située à 340 km à l'ouest de Lubumbashi, la deuxième ville de la RDC.

Exaspérés par la banalisation des actes de violence qu'ils observent depuis quelques mois, les habitants du quartier ont laisser éclater leur colère au petit matin en se rendant en masse vers la mairie avec les corps des deux victimes du braquage, selon plusieurs sources locales.

D'après le colonel Pierre Rombault Mwanamputu, porte-parole de la police nationale congolaise, la population voulait "saccager la ville" et elle s'est heurtée "à l'interposition des forces de l'ordre".

"Des échauffourées ont éclaté et il y a deux autres morts et quelques blessés, actuellement pris en charge" par les autorités, a déclaré l'officier à l'AFP.

Deux personnes décédées et "20 blessés"

Yav Kachung, directeur de cabinet du gouverneur de la nouvelle province de Lualaba, dont Kolwezi est le chef-lieu, a dit pour sa part que les heurts ont fait deux morts et "20 blessés", parmi lesquels "des policiers ayant reçu des pierres lancées par la foule", et des "blessés par balles", parmi lesquels "des femmes et des enfants".

Selon une source médicale à Kolwezi, le bilan des morts avancé par les autorités est inférieur à la réalité mais le corps médical a reçu des consignes strictes de ne pas communiquer avec la presse sur cette affaire.

Le général Charles Bisengimana, chef de la police nationale, s'est rendu à Kolwezi lundi, selon le colonel Mwanamputu.

Premier producteur africain de cuivre, la RDC est l'un des pays les moins développés au monde. Plusieurs milliers de personnes ont perdu leur emploi au cours des derniers mois à Kolwezi du fait du ralentissement économique qui frappe la ceinture du cuivre congolaise avec la baisse des cours des matières premières.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG