Liens d'accessibilité

RDC: les combats s’intensifient à l’Est


Des soldats appartenant aux Forces armées congolaises (FARDC) en route vers Kibati près de Goma, en République démocratique du Congo, le 2 septembre 2013.

Des soldats appartenant aux Forces armées congolaises (FARDC) en route vers Kibati près de Goma, en République démocratique du Congo, le 2 septembre 2013.

Les troupes gouvernementales étaient aux prises avec les rebelles du M23, samedi, pour la deuxième journée consécutive, après l’échec lundi des pourparlers de paix.

Les affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et la rébellion Mouvement du 23 Mars (M23) se sont poursuivis, samedi 26 octobre 2013, pour la deuxième journée consécutive, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les combats ont éclaté, vendredi 25 octobre, à Kibumba au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

Dans une déclaration à la VOA samedi, un porte-parole de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) a confirmé la reprise des combats dans l’après-midi, après une brève période d’accalmie.

Pendant ce temps, la radio de l’ONU en RDC, Radio-Okapi, faisait état le même jour d’affrontements signalés samedi matin à Rutshuru, toujours au Nord-Kivu.

Selon la radio, les combats avaient lieu dans deux localités distinctes. Dans l’une, ils opposaient les troupes gouvernementales aux rebelles du M23 – et dans l’autre, ces mêmes rebelles étaient cette fois-ci aux prises avec des Maï-Maï, un groupe armé qui tentait de conquérir les positions du M23 au Nord de Kiwanja.

La MONUSCO a appelé les belligérants à reprendre les pourparlers de paix interrompus à Kampala.

Ces négociations en Ouganda entre le gouvernement congolais et le M23 ont été suspendues lundi, après que les deux camps n'ont pas pu parvenir à un accord sur l'amnistie aux rebelles et leur réintégration dans les forces armées.

Le M23 est constitué de combattants rebelles qui avaient rejoint l'armée congolaise dans le cadre d’un accord de paix paraphé en 2009. Mais ils devaient faire défection plus tard, en faisant part de mauvais traitement par le gouvernement qui, selon eux, n'avait pas respecté ses engagements.

Au sujet de la reprise des combats, les deux parties s'accusent mutuellement d’avoir lancé les premières attaques.

Pour sa part, Washington a appelé «toutes les parties concernées à faire preuve de retenue pour éviter l’escalade militaire».

Dans un communiqué publié jeudi, le Département d'État américain a spécifiquement exhorté le M23 à s'engager à résoudre pacifiquement le conflit en signant rapidement l’accord portant sur le désarmement et les actions à prendre contre les auteurs de graves violations des droits de l'homme.

L'année dernière, le mouvement rebelle avait brièvement pris Goma.

Des experts de l'ONU ont accusé le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le M23, ce que nient les deux pays.
XS
SM
MD
LG