Liens d'accessibilité

RDC: Le M23 se retire de sa position près de Goma


Bertrand Bisimwa, leader du 23 s'adressant à la presse à Bunagana, 2 août, 2013

Bertrand Bisimwa, leader du 23 s'adressant à la presse à Bunagana, 2 août, 2013

Le chef du M23, Bertrand Bisimwa dit que les combattants rebelles ont commencé à se retirer de leurs positions dans la ville de Kanyaruchinya vendredi matin au lendemain du dernier attentat transfrontalier.

Le chef politique du groupe rebelle du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo affirme que ses combattants se retirent de leurs positions près de la ville de Goma, afin dit-il, de permettre une enquête sur les bombardements meurtriers vers le Rwanda. Les rebelles nient toute responsabilité dans l'attaque, qui a suscité des tensions entre le Rwanda et la RDC.

Le chef du M23, Bertrand Bisimwa dit que les combattants rebelles ont commencé à se retirer de leurs positions dans la ville de Kanyaruchinya vendredi matin au lendemain du dernier attentat transfrontalier.

Chars des FARDC.

Chars des FARDC.

Il affirme que le groupe a également envoyé une lettre aux Nations Unies pour demander la mise en place d’une commission d'enquête.

«Nous avons décidé ce matin de retirer nos forces de Kanyaruchinya afin de donner une chance à la commission afin d'enquêter sur cette affaire, " a déclaré M. Bisimwa.

Jeudi 29 août 2013, le Conseil de Sécurité des Nations Unies avait également appelé à une enquête qui serait menée par le Mécanisme Conjoint de Vérification élargi, une équipe de surveillance régionale, pour déterminer la source du récent bombardement.

L'armée congolaise a accusé les rebelles du M23 pour l'incident de jeudi qui, selon le Rwanda, a tué une femme dans la ville de Rubavu.

Le gouvernement rwandais, de son côté, a déclaré que les forces congolaises étaient responsables de l'attaque, et de plus de 30 autres attaques transfrontalières durant la semaine écoulée.

Dans un communiqué, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo a qualifié le bombardement d’"inacceptable" et déclaré que le Rwanda ne va «pas hésiter à défendre» son territoire.

L'armée congolaise et la MONUSCO, la force de maintien de la paix des Nations Unies ont multiplié, ces derniers jours, les attaques sur les positions du M23 au nord de Goma, en essayant de repousser les rebelles vers la ville qu'ils occupaient brièvement l'an dernier.

Pour M. Bisimwa, la décision de retirer les forces du M23 n’a rien à voir avec cette pression militaire.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG