Liens d'accessibilité

RDC: Ladsous évoque un retrait « progressif » de la MONUSCO


Hervé Ladsous (AP)

Hervé Ladsous (AP)

« Des défis subsistent et en dépit de la défaite militaire du M23, des groupes armés congolais et étrangers ... continuent de représenter une menace », a dit Hervé Ladsous.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, s'est félicité jeudi des progrès réalisés par la République démocratique du Congo (RDC) en matière de sécurité au cours des dernières années. Néanmoins, il a estimé que le retrait de la Mission de l'ONU dans le pays (MONUSCO) devrait être progressif, et moins important que celui réclamé par le gouvernement du président Joseph Kabila.

Il s’exprimait à l’occasion d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RDC, signale le Centre d’actualités de l’ONU.

« De grands progrès ont été réalisés en RDC au cours de ces dernières années : le retrait des forces armées étrangères, la réunification du pays, l'établissement du gouvernement de transition et deux élections nationales », a-t-il noté. « Toutefois, des défis subsistent et en dépit de la défaite militaire du M23, des groupes armés congolais et étrangers, en particulier le FDLR et l'ADF, continuent de représenter une menace pour la population civile et pour la stabilité et le développement de l'est de la RDC et de la région des Grands Lacs », a poursuit M. Ladsous, toujours cité par le Centre d’actualité de l’ONU.

M. Ladsous s’est par ailleurs inquiété des incidents survenus ces derniers jours, qui sont liés à une tentative de modification de la Constitution par l’administration Kabila. Selon certaines sources, ils auraient coûté la vie à une cinquantaine de personnes. « Le peuple congolais a le droit de manifester pacifiquement. Nous exhortons le gouvernement à garantir que toute réponse aux manifestations violentes soit proportionnée », a-t-il dit.

Si la MONUSCO continue de jouer « un rôle important dans la stabilisation de la situation en RDC », l'ONU envisage de réduire les effectifs militaires de la Mission de 2.000 Casques bleus. Une réduction souhaitée par le président Kabila et son gouvernement, qui « ont plaidé pour une réduction plus importante ».

XS
SM
MD
LG