Liens d'accessibilité

RDC : la société civile exige d’être consultée avant tous travaux du comité préparatoire du dialogue

  • Eddy Isango

Edem Kodjo, facilitateur de l’Union africaine pour le dialogue politique en RDC, photo du 31 octobre 2014. epa / LEGNAN KOULA

Edem Kodjo, facilitateur de l’Union africaine pour le dialogue politique en RDC, photo du 31 octobre 2014. epa / LEGNAN KOULA

Des délégués de cette composante ont chahuté le facilitateur lors du démarrage des travaux du comité préparatoire mardi à Kinshasa.

La première réunion du comité préparatoire s’est tenue en dépit du mot d’ordre de ville morte lancé par l’opposition qui récuse le facilitateur Edem Kodjo.

Un seul couac lors de cette réunion : la société civile a soulevé une motion qui a provoqué un chahut.

" Le fait qu’on ait refusé notre motion a provoqué des réactions dans la salle ", explique dans une interview à VOA Afrique Mme Kathy Kalanga, présidente et porte-parole de la banche appelée société civile dans sa diversité.

" Nous étions surpris de voir que le facilitateur nous a présenté une liste de la société, nous ne savons pas d’où elle vient ", se plaint Mme Kalanga, précisant que la société civile tient à être consultée comme toutes les autres composantes avant les travaux du comité préparatoire.

Ce groupe accuse M. Kodjo d’avoir unilatéralement choisi les délégués de la société civile. Des membres des partis politiques au pouvoir se retrouvent sur cette liste, selon eux.

Une bonne partie de l’opposition ne prend pas part à ces travaux. Elle récuse le facilitateur désignée par l’Union africaine, le Togolais Edem Kodjo, l’accusant de faire le jeu du président Kabila.

Le mot d’ordre de grève générale lancée par l’opposition n’a été que partiellement suivi à Kinshasa et ignoré dans d’autres villes du pays.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG