Liens d'accessibilité

RDC : l’un des ex-seigneurs de guerre de l’Ituri, Cobra Matata, s'est rendu


Sur la photo, Thomas Lubanga, un des seigneurs de guerre de l'Ituri, dans l'Est de la RDC, fait un discours devant des villageois. Lubunga a été arrêté et transféré à la Haye, à la CPI pour être jugé des crimes de guerre et contre l'humanité commis en Ituri.

Sur la photo, Thomas Lubanga, un des seigneurs de guerre de l'Ituri, dans l'Est de la RDC, fait un discours devant des villageois. Lubunga a été arrêté et transféré à la Haye, à la CPI pour être jugé des crimes de guerre et contre l'humanité commis en Ituri.

C’est une énième reddition de Cobra Matata, l’un des ex-seigneurs de guerre en Ituri, dans l’Est de la RDC que le gouvernement de la RDC annonce.

Cobra Matata, l’un des ex-seigneurs de guerre en Ituri, a fait reddition, selon Lambert Mende, porte-parole du gouvernement.

« Cobra Matata s’est rendu aux commandement des FARDC en Ituri… avec plusieurs centaines de ses combattants », a confirmé Mende aux medias locaux.

Selon lui, Matata devra maintenant intégrer les procéssus du désarment, démobilisation et réinsertion que la Mission des Nations en RDC (Monusco) supervise.

Cobra Matata n’est pas à sa première reddition annoncée. Il est à la tête du Forces des Résistance Patriotique en Ituri (Frpi), une de nombreuses milices qui se sont affrontées de 1998 en 2006, causant plus de 5.00 morts et 50.000 déplacés en Ituri, région en minerais et en pétrole. En 2006, le chef de la milice Frpi était intégré dans l’armée congolaise avec le grade du général, avec d’autres chefs rebelles et ses miliciens étaient démobilisés.

Mais peu de temps après, Matata n’a pas tardé à rentrer au maquis après que l’un des leaders de la milice, Germain Katanga a été transféré à la Cour pénale internationale (Cpi), à la Haye.

Traqué par de nombreuses opérations militaires de l’armée et de la force des Nations Unies, Matata a, plus d'une fois, été annoncé mort au cours des combats. Tout comme, sa reddition a plusieurs aussi été annoncée à plusieurs reprises.

Cette fois, le gouvernement se veut rassurant.

« Ça fait des années que ce seigneur de guerre annonce sa reddition. Il se rebiffait à la dernière minute. Cette fois-ci, ça semble être la bonne puisqu’il est déjà avec les éléments de forces régulières qui ont reçu ses équipements et armements », a déclaré Lambert Mende.

Les Nations Unies annoncent, d’après une radio locale qui lui est proche, que 8 officiers de FRPI ont des discussions depuis lundi à Bunia avec des officiers des FARDC.

Cobra Matata et ses proches n’ont pas pu être joints ni ses collabortateurs pour confirmer leur reddition.

Aux dernières nouvelles, Matata avait encore avec près de 1.000 combattants sous ses ordres.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG