Liens d'accessibilité

​RDC : l’église catholique dénonce la désignation d’un nouveau chef de la Céni


Apollinare Malu Malu, l'ancien président de la CENI en RDC

Apollinare Malu Malu, l'ancien président de la CENI en RDC

L’église catholique qui revendiquent 40% de la population dans le pays, s’était retirée des concertations qui ont abouti mercredi à la désignation de Corneille Nangaa en remplacement de l'abbé Apollinaire Malu-Malu à la tête de la Céni.

"Voyant que le jeu était fait et que l'histoire se répétait, comme lors de la désignation de notre frère (l'abbé) Malu-Malu", l'Église catholique "s'est retirée" des pourparlers, indique l'abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

"L'Église catholique n'a pas voulu participer à cette parodie de désignation", soutient-il.

Selon Cheik Ali Mwinyi, chef de la communauté musulmane de RDC, la désignation de Corneille Nangaa s’est faite "par consensus" de différentes religions.

L’annonce de la démission de l’abbé Malu-Malu faite par la présidence de la République, demandait aux différentes religions de désigner un remplaçant à la tête de la Céni.

M. Nangaa occupe actuellement le poste de secrétaire exécutif national adjoint de la Céni où il y travaille depuis 2005.

L'abbé Malu-Malu a démissionné pour des raisons de santé. Il était crédité d'avoir organisé, en 2006, les premières élections libres tenues en RDC depuis l'indépendance de 1960.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG