Liens d'accessibilité

RDC : Étienne Tshisekedi, chef de l'opposition historique, apparaît fatigué dans une vidéo


Etienne Tshisekedi participe au 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa, en 2012. (REUTERS/Jonny Hogg)

Etienne Tshisekedi participe au 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa, en 2012. (REUTERS/Jonny Hogg)

Dans une vidéo où il adresse ses voeux pour l'année 2016 à ses concitoyens, le président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), 83 ans, bafouille ou s'arrête à plusieurs reprises.

Le chef de l'opposition historique en République démocratique du Congo, Étienne Tshisekedi, apparaît fatigué dans une vidéo disponible en ligne samedi 9 janvier, et dans laquelle il adresse difficilement un message de voeux à ses compatriotes pour 2016.

Figé et parlant d'une voix lente, le président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), âgé de 83 ans et en convalescence à Bruxelles depuis août 2014, bafouille ou s'arrête à plusieurs reprises dans cette vidéo de trois minutes faisant apparaître plusieurs coupes.

"Je fais appel à tous ceux qui veulent le changement : qu'ils soient ensemble afin de trouver les solutions adéquates (aux) problèmes (du pays). Le reste du message vous sera transmis par la voie de la presse", déclare M. Tshisekedi, fidèlement coiffé d'une casquette.

"Bientôt je serai parmi vous pour que nous puissions lier nos efforts pour gagner", ajoute-t-il.

Montage laborieux

Selon un proche de la famille Tshisekedi, "le montage de la vidéo a été laborieux et a pris pratiquement quatre jours".

La RDC traverse une crise politique depuis les élections de novembre 2011, entachées de fraudes massives et ayant reconduit au pouvoir pour cinq ans le président Joseph Kabila et sa majorité.

Aux termes de la Constitution congolaise, le deuxième et dernier mandat possible de M. Kabila s'achève en décembre, mais la tenue d'une présidentielle crédible avant la fin de l'année apparaît chaque jour un peu plus incertaine en l'absence de calendrier électoral et de fichier électoral à jour.

Opposant sous la dictature de Mobutu Sese Seko (1965-1997), M. Tshisekedi était arrivé deuxième de la présidentielle de 2011, dont il avait rejeté les résultats.

Son parti, miné aujourd'hui par les divisions, est la seule des grandes composantes de l'opposition à s'être montrée disposée à dialoguer avec le pouvoir en vue de sortir de la crise.

Pour la quasi-totalité du reste de l'opposition, le "dialogue national" en vue "d'élections apaisées" proposé en novembre par M. Kabila est un "piège" destiné à permettre au chef de l'État, au pouvoir depuis 2001, de se maintenir plus longtemps à la tête du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG