Liens d'accessibilité

RDC/élections locales: le président Kabila "réaffirme sa volonté d'amener le peuple aux élections"


Joseph Kabila lors de son investiture le 20 décembre 2011 à Kinshasa

Joseph Kabila lors de son investiture le 20 décembre 2011 à Kinshasa

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a promulgué mardi la loi sur la répartition des sièges nécessaire à l'organisation d'élections locales, indiquant qu'il réaffirmait ainsi sa "volonté d'amener le peuple congolais aux élections".

"En promulguant cette loi, le chef de l'État réaffirme à nouveau sa volonté d'amener le peuple congolais aux élections conformément au calendrier global rendu public par la Céni", la Commission électorale nationale indépendante, indique une ordonnance lue mardi soir sur la télévision publique.

L'opposition a plusieurs fois réclamé le report des élections municipales et locales prévues en octobre estimant que, très complexes, elles ne pourront se tenir à temps et retarderont les autres scrutins - y compris la présidentielle de novembre 2016, ce qui permettrait au président de rester en poste au-delà de la fin de son deuxième quinquennat-.

Le projet de loi sur la répartition des sièges avait été rejeté en juin en première lecture par les députés de la majorité et de l'opposition qui avaient renvoyé au gouvernement sa copie, estimant que le texte était bâclé.

Les députés ont adopté le texte le 25 juillet lors d'une session extraordinaire. Le 11 août, lors d'une nouvelle session extraordinaire, les sénateurs ont voté la loi à l'unanimité, mais sans l'opposition, qui a jugé la session anticonstitutionnelle.

La Céni a publié en février un calendrier global du cycle d'élections qui doit commencer en octobre et s'achever en novembre 2016 avec la présidentielle. Elle attendait avec impatience la promulgation de cette loi, rappelant qu'elle faisait partie des "préalables" requis pour organiser les élections locales d'octobre.

La RDC, où le climat s'est tendu à l'approche des élections, traverse une crise politique depuis la présidentielle contestée de 2011 qui a reconduit M. Kabila à la tête du pays. Depuis, aucune des élections prévues - dont les locales - n'a été tenue.

La constitution congolaise interdit au président Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter. Il ne s'est jamais exprimé publiquement sur ses intentions mais l'opposition et une partie de la majorité accusent son camp d'oeuvrer pour qu'il puisse briguer un troisième mandat ou se maintenir en poste au-delà du délai légal.

(Avec AFP)

XS
SM
MD
LG