Liens d'accessibilité

RDC : deux militants arrêtés en mars 2015 en grève de la faim


Deux activistes congolais arrêtés lors d’un atelier de la jeunesse pro-démocratie à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, le 15 mars 2015. Un an plus tard, ils sont toujours en détention. Fred Bauma, jeune activiste (à gauche) et Yves

Deux activistes congolais arrêtés lors d’un atelier de la jeunesse pro-démocratie à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, le 15 mars 2015. Un an plus tard, ils sont toujours en détention. Fred Bauma, jeune activiste (à gauche) et Yves

Fred Bauma et Yves Makwambala, les deux militants de la société civile en détention depuis un an en République démocratique du Congo, observent une grève de la faim depuis quatre jours, d’après leurs avocats.

Le mouvement Lutte pour le changement(Lucha) dont fait partie M. Bauma, confirme aussi dans un communiqué la nouvelle. L’ONG dénonce la détention arbitraire de deux militants à Kinshasa depuis une année.

"Leurs familles et nous-mêmes commençons à nous inquiéter sérieusement de leur état de santé [car] il n'y a aucune possibilité de suivre en permanence leur évolution et de sonner l'alarme au cas où ils nécessitaient une intervention d'urgence", indique le document.

"Les autorités sont restées jusqu'ici indifférentes à leur souffrance, et nous craignons que cela ne perdure", note Lucha.

Selon Me Mupemba, MM. Bauma et Makwambala "sont faibles physiquement".

Ils ont été arrêtés à Kinshasa le 15 mars 2015, lors d'une rencontre internationale sur la bonne gouvernance en Afrique organisée par le mouvement Filimbi, qui se présente comme un collectif de mouvements d'éducation à la citoyenneté, non-partisan et non-violent.

M. Bauma (26 ans) est un des principaux animateurs de Lucha, mouvement des jeunes indignés basé à Goma (est de la RDC) et adhérant à Filimbi, et Yves Makwambala (32 ans), est le webmaître et graphiste de Filimbi.

Ils sont poursuivis par la justice congolaise pour complot contre le président Joseph Kabila.

Jeudi, la Cour suprême de justice a refusé la liberté provisoire sollicitée par deux militants.

Pour Lucha, ce rejet de la Cour est "certes décevant, mais pas surprenant", invoquant "l'instrumentalisation de la Justice" sur ce mouvement des jeunes qui demandent des comptes aux dirigeants.

Mardi, 18 militants de Lucha ont été arrêtés à Goma lors d'une marche pacifique réclamant la libération de MM. Bauma et Makwambala.

Mercredi, ils ont été présentés au parquet et étaient toujours en détention.

Le climat politique est très tendu en RDC, alors que s'éloigne la perspective d'une élection présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année.

L'opposition soupçonne M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, de vouloir demeurer à la tête du pays au terme de son mandat en décembre, alors que la Constitution lui interdit de se représenter.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG