Liens d'accessibilité

RDC : condamnation d'un fonctionnaire pour des menaces de mort contre un journaliste


Le lac Kivu

Le lac Kivu

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a salué la condamnation d'un fonctionnaire congolais pour avoir menacé de mort un journaliste du Sud-Kivu.

Le "persécuteur" du journaliste Donat Musema, de la radio communautaire Iriba, basée à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, a été condamné lundi "à huit jours de prison et au versement d'une amende équivalente à 2500 dollars", a annoncé RSF dans un communiqué.

Le verdict du tribunal de grande instance de Bukavu fait suite à "une plainte" du journaliste en juin 2015 contre Vianey Shamamba, conseiller du gouverneur de la province du Sud-Kivu en charge du renseignement.

En 2015, RSF avait dénoncé des pressions exercées sur les journalistes en RDC sous formes de "menaces, arrestations arbitraires, saisies de matériel".

L'organisation avait soutenu que les attaques et meurtres de journalistes congolais font rarement l'objet d'enquêtes ou de procédures judiciaires et qu'en 2013 et 2014, "60 journalistes ont été battus ou menacés" dans le pays.

Selon RSF, ce jugement est rendu possible grâce à une loi adoptée par les autorités provinciales en février sur "la protection des défenseurs des droits de l'Homme et des journalistes du Sud-Kivu".

Ce texte "garantit" le secret des sources des journalistes, le droit d'être informé et d'informer, il charge les autorités d'assurer le protection des journalistes et prévoit qu'"en cas de violation de ses droits dans le cadre de l'exercice de ses activités, le défenseur des droits de l'Homme ou le journaliste peut saisir les instances judiciaires compétentes."

En février, un tribunal congolais a condamné à la peine capitale le meurtrier d'un journaliste, dans la province de l'Equateur (nord-ouest).

En visite en RDC fin février, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est déclaré "préoccupé" par "la restriction de l'espace politique" dans le pays, où la perspective de la tenue d'une élection présidentielle avant la fin de l'année, comme le prévoit la Constitution, s'éloigne chaque jour davantage.

La RDC est 150e sur 180 pays au classement sur la liberté de la presse publié par RSF en février 2015.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG