Liens d'accessibilité

RDC : le chef du "G7", une coalition d'opposition, empêché de se rendre dans son fief


Le président Joseph Kabila à l'aéroport de Kavumu, à Bukavu, Sud-Kivu, RDC, le 22 décembre 2015. (VOA/Ernest Muhero)

Le président Joseph Kabila à l'aéroport de Kavumu, à Bukavu, Sud-Kivu, RDC, le 22 décembre 2015. (VOA/Ernest Muhero)

Charles Mwando Nsimba, président du "G7", un groupe de sept partis passés à l'opposition en septembre, a été débarqué de son avion mercredi matin à Lubumbashi alors qu'il tentait de rejoindre son fief de Kalemie.

Le chef d'une coalition d'opposition congolaise a été débarqué de son avion par les services de sécurité mercredi 20 janvier au matin à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, alors qu'il s'apprêtait à se rendre dans son fief, a-t-on appris de sources concordantes.

Charles Mwando Nsimba, président du "G7", a été cueilli en début de matinée par des agents de l'Agence nationale des renseignements (ANR) alors qu'il était à bord d'un avion de ligne régulier en partance pour Kalemie, dans la province du Tanganyika (sud-est de la RDC), selon une source sécuritaire et un témoin à l'aéroport.

"Il y a eu un ordre", a indiqué la source sécuritaire, sans donner plus de raison sur ce débarquement.

Ex-ministre de la Défense et ancien vice-président de l'Assemblée nationale, M. Mwando Nsimba est reparti libre de l'aéroport, a indiqué un membre de sa famille.

Dans une déclaration faite ce mercredi à Kinshasa, Pierre Lumbi, un autre membre du G7, condamne ces atteintes aux droits et libertés.

"Acte barbare"

M. Mwando Nsimba a tenu ensuite une conférence de presse dans laquelle il a dénoncé "un acte barbare" du pouvoir à son encontre.

Le "G7" est groupe de sept partis passés à l'opposition en septembre en accusant le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de chercher à tout faire pour se maintenir en poste au-delà de la fin de l'année.

Le mandat de M. Kabila, réélu en 2011 à l'issue d'un scrutin marqué par des fraudes massives, expire en décembre, et la Constitution interdit au chef de l'État de se représenter.

L'opposition, l'ONU et diverses organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent depuis plusieurs mois la politique répressive des autorités congolaises.

Le "G7" refuse le "dialogue national"

Alors que la majorité affirme que l'organisation de scrutins viables est impossible avant deux à quatre ans, pour des raisons financières et techniques, M. Kabila a proposé un "dialogue national" en vue d'élections "crédibles".

Le "G7", comme la majeure partie de l'opposition, refuse pour l'heure ce dialogue vu par les détracteurs du président comme un "piège" destiné à permettre à M. Kabila de rester à la tête de l'État.

Mardi, près de 5 000 personnes ont manifesté à Bukavu (est) pour réclamer la tenue de la présidentielle en 2016, mais à Kinshasa et Lubumbashi, la police a empêché les rassemblements que prévoyait l'opposition à la mémoire des morts de la répression des émeutes contre le pouvoir survenues en janvier 2015 dans la capitale et d'autres villes du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG