Liens d'accessibilité

RDC : 7 morts dans l'atterrissage raté d'un avion cargo (officiel)


Une mine à Mbuji Mayi (AP)

Une mine à Mbuji Mayi (AP)

Selon le récit du pilote, "le cargo a connu un problème de freinage sous une pluie battante", a déclaré à l'AFP le gouverneur de la province du Kasaï oriental, Ngoyi Kasanji.

Sept personnes ont été tuées jeudi lors de l'atterrissage raté d'un avion-cargo dans le centre de la République démocratique du Congo, a déclaré à l'AFP le gouverneur de la province du Kasaï oriental.

Un Airbus A320 cargo de la compagnie Service Air a terminé sa course au delà des limites de la piste à Mbuji-Mayi, "tuant sept personnes au sol", a expliqué le gouverneur, Ngoyi Kasanji.

Selon le récit du pilote, "le cargo a connu un problème de freinage sous une pluie battante", a précisé M. Kasanji.

Un agent de la régie des voies aériennes a affirmé, sous couvert d'anonymat, que "toutes les personnes tuées étaient dans leurs maisons dans les parages de l'aéroport". L'accident a eu lieu à 16H00 locales (15H00 GMT), a précisé l'agent.

Le 8 décembre, la nouvelle compagnie étatique d'aviation, Congo Airways, avait décidé de suspendre ses vols sur Mbuji-Mayi "pour l'intérêt supérieur des passagers" alors que l'accès à la ville se fait principalement par les airs, les routes étant dégradées ou inexistantes.

La région du Kasaï central est réputée pour sa production de diamant.

Le trafic aérien en RDC est actuellement assuré par les Nations unies, essentiellement pour leurs besoins internes ou des livraisons humanitaires, et par quelques compagnies locales, toutes inscrites sur la liste noire de l'Union européenne.

En décembre 2014, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) avait émis de "sérieux" doutes sur "la fiabilité non seulement des aéroports de la RDC mais aussi de l'espace aérien congolais", qualifié de "trou noir où tout peut arriver". Elle avait recommandé "la prudence" aux exploitants.

La RDC a connu plusieurs accidents d'avion qui ont fait plusieurs centaines de morts, notamment en raison de la vétusté de la flotte et le mauvais état des certaines infrastructures aéroportuaires.

Le gouvernement a lancé avec des partenaires étrangers un programme de réhabilitation et de modernisation des aéroports. Le 14 décembre, lors d'un discours aux parlementaires, le président congolais Joseph Kabila avait affirmé que le ciel congolais "n'inspire plus la frayeur aux aéronefs en lignes".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG