Liens d'accessibilité

RDC: 600 enfants adoptés par des étrangers, autorisés à quitter le pays depuis janvier


Des images d'enfants congolais extraites d'une vidéo.

Des images d'enfants congolais extraites d'une vidéo.

Les 600 enfants congolais attendaient depuis plus de deux ans et demi de rejoindre des couples étrangers qui les ont adoptés. Ils ont été autorisés à quitter la République démocratique du Congo, signale une source du ministère de l’Intérieur.

"Depuis janvier, la commission interministérielle [chargée de statuer sur les dossiers d'adoption bouclés avant le moratoire] a examiné environ 900 dossiers" et "un total de 600 dossiers ont reçu [son] aval", a-t-on indiqué au ministère de l'Intérieur.

Cela représente environ la moitié des quelque 1.200 enfants adoptés encore retenus en RDC depuis l'autorisation accordée en novembre à 72 enfants congolais de rejoindre leur familles adoptives à l'étranger.

Plusieurs dizaines d'enfants ont déjà rejoint leur nouvelle famille, surtout aux États-Unis, mais aussi en France ou en Belgique. Les autres "sont prêts à partir ou en train de partir", a-t-on ajouté au ministère de l'Intérieur.

Néanmoins, de même source, "une cinquantaine" de dossiers sur les 900 examinés ont été "définitivement recalés" au motif qu'ils ne respectaient pas "les conditions d'adoption" prévues par la loi, et "une centaine d'autres" ont été temporairement invalidés, dans l'attente de pièces complémentaires.

Les autorités congolaises ont bloqué en septembre 2013 le départ des enfants congolais adoptés par des couples étrangers (nord-américains et ouest-européens).

Depuis lors, et jusqu'à leur revirement de novembre - après des pressions diplomatiques - elles n'en laissaient partir qu'au compte-gouttes, essentiellement pour des raisons humanitaires (problèmes graves de santé nécessitant une prise en charge à l'extérieur du pays).

Le moratoire sur les sorties a été justifié officiellement par la nécessité d'enquêter sur le bien-être des enfants adoptés à l'étranger à la suite d'allégations selon lesquelles certains auraient été maltraités, ou leur adoption transférée à des couples homosexuels, ce qu'interdit la loi congolaise.

"Dans deux ou trois semaines pratiquement, on [en] finira avec [les] dossiers d'adoption" en attente, indique-t-on de source ministérielle, "une fois que ce sera fini, il va falloir attendre la nouvelle loi pour relancer les adoptions des enfants congolais par des couples étrangers".

Pour des raisons logistiques, le départ effectif des tous les enfants adoptés autorisés à sortir devrait prendre encore quelques mois

Le Conseil des ministres a adopté en janvier un projet de loi visant à durcir considérablement l'adoption d'enfants congolais hors du pays. Le texte devrait être examiné lors de la session parlementaire devant s'ouvrir le 15 mars.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG