Liens d'accessibilité

RCA : le Tchad continue d’évacuer ses ressortissants.


Des déplacés à l'aéroport de Bangui

Des déplacés à l'aéroport de Bangui

L’évacuation des ressortissants tchadiens, pour la plupart musulmans, de la RCA se poursuit sur fond de craintes de représailles de la part de milices chrétiennes. Le gouvernement tchadien a lancé, cette semaine, une opération massive de rapatriement à cet effet.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait savoir samedi qu’à la date du 25 décembre, plus de 2700 personnes avaient été acheminées par 19 vols au Tchad. Des centaines d’autres attendaient samedi à l’aéroport de Bangui. Parmi eux, Adja Pinera, une musulmane. « Nous ne pouvons pas faire face à cela. C'est pourquoi nous voulons fuir le pays et aller au Tchad, même si nous n'avons pas été au Tchad depuis que nous sommes nés. Nous sommes Centrafricains, mais nous sommes obligés de fuir vers le Tchad maintenant », a-t-elle expliqué.

L'aéroport de Bangui, qui est gardé par les troupes françaises, est également devenu un refuge pour des milliers d’habitants cherchant une protection contre la violence.

L’OIM affirme avoir reçu des requêtes des gouvernements du Sénégal et du Niger en vue d’aider à évacuer leurs ressortissants présents en RCA.

Au plan diplomatique, une mission Union africaine/Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale séjourne depuis vendredi à Bangui. Composée du ministre tchadien des Affaires étrangères, des ministres des Affaires étrangères et de la Défense du Congo-Brazzaville, ainsi que du commissaire à la Paix et à la sécurité de l’Union africaine, elle s’entretient avec les dirigeants de la transition centrafricaines, les missions diplomatiques et les agences onusiennes, entre autres.

Lors d’un point de presse dans un hôtel de Bangui samedi, la mission a fait savoir que les effectifs de des forces de la MISCA devraient atteindre 6 000 hommes dans dix ou 15 prochains jours.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG