Liens d'accessibilité

RCA : dissensions au sein de la coalition Séléka


Michel Am-Nondokro Djotodia (à g.), leader de Séléka, avec le président François Bozizé (à dr.) à Libreville (11 jan. 2013)

Michel Am-Nondokro Djotodia (à g.), leader de Séléka, avec le président François Bozizé (à dr.) à Libreville (11 jan. 2013)

Ce désaccord a débouché sur la prise en otage de cinq ministres issus de la rébellion.

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Léon Diberet, le directeur général de la police centrafricaine Henri Wanzé- Linguissara, le comforce de la FOMAC, le général Jean Félix Akaga et ses éléments présents hier à Sibut.

Les journalistes et les autres membres de la mission conduite par Noël Léonard Essongo, émissaire du Président Dénis Sassou Nguéssou, médiateur dans la crise centrafricaine ont failli également être maintenus à Sibut, n’eut été l’intervention du ministre des Eaux et Forêts, Mohamed Moussa Daffhane, un des leaders de la coalition Séléka.

Selon Michel Dotodjia Am Non Droko, le patron des rebelles de la coalition Séléka, ses éléments ont agi de cette manière, pour mettre la pression sur le gouvernement centrafricain.

Il exige de ce fait, le strict respect des accords de Libreville.

Le général Essongo a affirmé pour sa part que tout a bien commencé, quand soudainement, les rebelles ont haussé le ton.


La délegation de la RCA lors de l'ouverture de la conférence de paix avec l'alliance Séléka, à Libreville, Gabon, le 9 Jan.2013

La délegation de la RCA lors de l'ouverture de la conférence de paix avec l'alliance Séléka, à Libreville, Gabon, le 9 Jan.2013


Ils ont alors posé cinq points de revendications entre autres leur reversement dans corps des Forces Armées Centrafricaines FACA, avec leurs grades obtenus dans la rébellion et la question de l’aménagement technique.

Pour Zéneth Fugence, coordonnateur de l’Observatoire National des Elections, il était judicieux d’inviter les rebelles pour des négociations à Bangui, car les rebelles présentaient déjà des signes d’agacement

Rappelons que les ministres pris en otages sont : le 1er vice premier ministre à charge de la Défense nationale Michel Dotodja Am Non Droko, Mohamed Moussa Daffhane des Eaux et Forêts, Chasses et pêches, Amalas Amias Haroun du Commerce et de l’Industrie, Herbert Djono Haba de la Géologie, des Recherches minières et de l’Hydraulique et Christophe Gaza- Mbéti de la Communication.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG