Liens d'accessibilité

Rapport sur les droits humains: Kerry fustige la torture en Syrie


John Kerry. présentant le rapport du département d'Etat sur les droits humains

John Kerry. présentant le rapport du département d'Etat sur les droits humains

Selon le secrétaire d’Etat, plusieurs gouvernements se livrent à la répression politique en utilisant les nouvelles technologies pour contrôler les dissidents.

De nombreux pays du monde renforcent leur contrôle de la liberté d’expression et ont recours à des lois répressives pour dénier à leurs citoyens des droits humains universels. Tel est le constat établi par le rapport 2014 du département d’Etat américain sur les droits fondamentaux dans le monde.

En présentant le rapport jeudi, le secrétaire d’Etat, John Kerry, a dit que plusieurs gouvernements se livrent à la répression politique en utilisant les nouvelles technologies pour contrôler les dissidents.

Le rapport du département d’Etat accuse la Syrie de recourir à un usage systématique et étendu de la torture, de s’être livré à des massacres, et d’avoir déplacé et affamé de nombreuses personnes durant les près de trois ans de conflit.

Le document affirme qu’en Chine, la répression des organisations de la société civile et des droits humains est monnaie courante. Il note que Cuba a levé de nombreuses restrictions aux voyages de ses ressortissants, mais que l’île a refusé de délivrer des passeports à certains opposants, ou les a harcelés à leur retour de l’étranger.

« Nous nous joignons à de nombreuses autres nations pour réaffirmer notre engagement à œuvrer pour un monde où dire ce qu’on pense n’aboutit pas à un procès. Et où exprimer son amour ne vous fait pas traduire en justice, un monde où pratiquer une religion ou en changer n’aboutit pas à un procès », a déclaré M. Kerry.

Quatre-vingt gouvernements ont adopté des lois criminalisant l’homosexualité, a-t-il dit, ajoutant que les pays qui se rendent coupables d’abus des droits humains et refusent d’en punir les auteurs agissent contre leurs propres intérêts et ceux des Etats-Unis.

M. Kerry a concédé que bilan des droits de l’Homme aux Etats-Unis, où l’esclavage était légal dans les années 1800, n’est pas parfait, mais que son pays n’est pas moins engagé pour le progrès de la dignité humaine.

« Ainsi donc, les Etats-Unis d’Amérique continueront de s’exprimer, sans trace d’arrogance ou d’excuse, en faveur des personnes demandant le respect de leurs droits universels. Et nous nous lèverons, dans bien des cas, pour ceux qui sont privés de l’opportunité de se lever eux-mêmes », a déclaré le chef de la diplomatie américaine.

Par ailleurs, la Chine a vivement critiqué le rapport, qui n'était pas tendre pour Beijing, et à publié sa propre étude sur la question, qui documente des allégations de violations des droits humains aux États-Unis.

Le rapport américain dénonçait toutes une série de pratiques du gouvernement chinois, dont la répression des détracteurs du gouvernement, les mauvais traitements des minorités ethniques et la censure de l'Internet .

La Chine a riposté en faisant valoir que les Etats-Unis ont " soigneusement caché et évité de traiter leurs propres problèmes de droits humains ". Plus précisément, elle a mentionné la mort de civils durant les frappes de drones à l'étranger, la violence armée aux Etats-Unis et l'ampleur du chômage.
XS
SM
MD
LG