Liens d'accessibilité

Quarts de finale aller en Ligue des Champions : Paris craque face à City, les Loups croquent le Real


Real Madrid Zinedine Zidane, l'entraineur du Real Madrid, jeudi le 5 janvier, 2016. (AP Photo/Paul White)

Real Madrid Zinedine Zidane, l'entraineur du Real Madrid, jeudi le 5 janvier, 2016. (AP Photo/Paul White)

Le Paris SG a craqué face à Manchester City au Parc des Princes (2-2) et a grandement fragilisé ses chances de qualification en demies, tout comme le Real de Zidane qui s'est écroulé sur la pelouse de Wolfsburg (2-0), mercredi, en quarts de finale aller de Ligue des champions.

Avec ces deux buts encaissés à la maison, la qualification parisienne sera difficile, d'autant que Blaise Matuidi et David Luiz seront suspendus après leurs cartons jaunes. Mais l'exploit à l'Etihad n'est pas complètement impossible, compte tenu des lacunes de la défense mancunienne privée de Vincent Kompany.

C'est l'inévitable Kevin de Bruyne qui a lancé les Citizens d'un tir croisé du droit (38e). Zlatan Ibrahimovic, sur un but gag après une mésentente grossière de la défense mancunienne a égalisé (41e). Adrien Rabiot, de près du pied droit (59e), a permis aux Parisiens de reprendre les devants, avant un but opportuniste de Fernandinho (72e).

Les Parisiens ont trop raté à ce niveau, notamment Zlatan Ibrahimovic avec un pénalty et un face-à-face manqués face à Joe Hart en début de match. Et l'accumulation des pertes de balle au milieu a permis à City de s'appliquer sur les contres. Les Citizens n'ont pas eu la possession de balle mais ont été rapides et opportunistes pour leur première apparition à ce stade de la compétition.

Le Real de Zidane croqué par "les Loups" de Wolfsburg

Sensation à la Volkswagen Aréna ! Le grand Real Madrid, vainqueur du Clasico au Camp Nou, a concédé sa première défaite européenne de la saison mercredi à Wolfsburg (2-0), un hôte qui disputait le premier quart de Ligue des champions de son histoire !

L'équipe de Zinedine Zidane, donnée largement favorite depuis le tirage des quarts, s'est sérieusement compliquée la tâche et devra sortir le grand jeu le 12 avril au Bernabeu pour entrer dans le carré d'as pour la 6e année de rang.

"Zizou" avait pourtant prévenu la veille en conférence de presse : pas de relâchement coupable après la victoire (2-1) dans le Classico, "il faut rester concentré". Mais le message du coach n'a clairement pas été entendu par sa troupe.

Mais, malgré toutes ces précautions, tout le monde voyait Madrid comme le grandissime favori, du haut de ses 10 sacres en C1 et 33 participations aux quarts, face à l'inexpérimenté club allemand, dont c'est seulement la deuxième apparition dans l'épreuve-reine européenne après 2009-2010 !

Mais les coéquipiers de Cristiano Ronaldo ont peiné face à des Allemands fringants. Une stat traduisait l'impuissance madrilène : 3 tirs cadrés seulement durant toute la partie ! CR7 a été l'ombre du meilleur buteur qu'il est dans cette compétition avec 13 réalisations, auteur de quelques grigris en début de match mais incapable de faire la moindre différence.

L'organisation, le courage et la détermination de l'équipe allemande a prévalu sur le talent d'un adversaire méconnaissable à tous les postes, jusqu'à la star planétaire Cristiano Ronaldo. Les Loups ont ouvert le score sur penalty grâce à Rodriguez (18e), après une faute de Casemiro. Puis Maximilian Arnold a lui aussi signé son tout premier but en Ligue des champions (25e).

Benzema touché

Pas plus d'ailleurs que Gareth Bale et Karim Benzema, qui n'a pu s'exprimer que 41 minutes après un genou touché en début de rencontre (10).

Le Real Madrid n'avait pourtant mis que 74 secondes pour faire trembler les filets allemands, un but de "CR7" refusé logiquement pour hors-jeu.

Pas de quoi pourtant perturber les "Loups" de Dieter Hecking. Bien organisés, Josuha Guilavogui et ses partenaires tiraient le meilleur profit des quelques 30% de ballons et, contre toute attente, faisaient mouche à deux reprises dans la première demi-heure.

D'abord sur un penalty, accordé pour une faute de Casemiro sur Schürrle et transformé par Rodriguez (18), puis sur un centre tendu de Henrique sur lequel Arnold surgissait pour doubler la mise (25).

Deux buts encaissés en 8 minutes par le gardien costaricain Navas qui avait conservé sa cage inviolé jusque-là en Ligue des champions !

Incroyable ! Le stade était debout alors que les Madrilènes rentraient têtes basses à la pause. Zidane allait-il trouver les mots pour secouer sa troupe de stars et renverser la vapeur ?

La réponse virait rapidement vers le non en voyant Ronaldo incapable de cadrer et même glisser pour dévisser en début de seconde période.

Et l'entrée d'Isco à la place de Modric après l'heure de jeu ne changeait pas grand-chose côté espagnol alors que les Allemands s'appliquaient à bien défendre tout en profitant de la moindre occasion de contre. Sur l'une d'elles, Schürrle manquait le KO (69).

Frustrés, Ronaldo et Co fuyaient la pelouse dès le coup de sifflet final alors que le groupe de Wolfsburg communiait avec son public, savourant une victoire de prestige, sans penser encore à la seconde manche à Madrid.

Le Real devra montrer un tout autre visage à Bernabeu la semaine prochaine. Avec peut-être une absence de poids. Car Karim Benzema, touché au genou gauche, a quitté ses coéquipiers à la 41e minute, remplacé par Jesé.

Bien sûr, la Maison Blanche a tout à fait les moyens de renverser la vapeur, quand on regarde les talents qui composent son équipe. Mais il faudra faire mieux, beaucoup mieux que ce mercredi, où la défaite est un coup d'arrêt pour Zidane, qui pensait avoir gagné ses galons d'entraîneur respecté après la victoire à Barcelone.

Dans les deux autres quarts mardi, l'Atletico Madrid a accroché le FC Barcelone au Camp Nou (2-1) et le Bayern Munich a battu Benfica d'une courte tête (1-0).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG