Liens d'accessibilité

42 morts dans le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée


Un garçon est assis dans une embarcation en bois transportant plus de 700 migrants, vers Sabratha, Libye, le 29 août 2016.

Un garçon est assis dans une embarcation en bois transportant plus de 700 migrants, vers Sabratha, Libye, le 29 août 2016.

Au moins 42 personnes sont mortes et 150 ont été secourues mercredi après le naufrage d'un navire de migrants en Méditerranée, près des côtes égyptiennes, point de départ d'un nombre grandissant de personnes pour une traversée périlleuse vers l'Europe.

Les opérations de sauvetage se poursuivent pour retrouver d'autres éventuels passagers de cette embarcation de migrants qui a fait naufrage près de Rosette, une ville sur la côte nord de l'Egypte, ont indiqué à l'AFP des responsables de la police.

"Il y a 42" morts, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahed, revoyant à la hausse un précédent bilan de 30 morts.

Devant l'hôpital de Rosette, des dizaines de personnes étaient rassemblées, à la recherche d'un membre de leur famille.

Parmi les victimes figurent 10 femmes, un enfant et 31 jeunes hommes, a indiqué à l'AFP Ali Abdel Sattar, un responsable de la petite ville de Matbouss, au nord de Rosette, au large de laquelle le navire a fait naufrage et où les opérations de sauvetage se poursuivent.

"Il y a des Egyptiens, des Soudanais, des Érythréens, des Somaliens, des Syriens", a-t-il indiqué à l'AFP par téléphone, précisant que le navire avait pris le large à trois heures du matin, avant de faire naufrage trois heures plus tard, à 12 kilomètres de la côte.

Le Premier ministre Chérif Ismaïl a appelé à "fournir tous les soins nécessaires aux survivants" et à "poursuivre les responsables du naufrage", dans un communiqué.

Depuis le début du printemps, un nombre croissant de bateaux de pêche partis de la côte nord de l'Egypte avec des centaines de personnes à bord ont été secourus.

Toutefois, il n'y a pas d'exemple récent de naufrage de cette ampleur près des côtes égyptiennes.

Selon le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés, ces départs d'Egypte en bateau comptent pour environ 10% des arrivées en Europe. Ce voyage comporte souvent plusieurs transferts périlleux en pleine mer sur des bateaux en mauvais état.

L'armée égyptienne avait annoncé mardi avoir intercepté 68 migrants à bord d'une embarcation qui devait entreprendre la traversée au large de la ville de Marsa Matrouh (nord-ouest).

- 'Traversée très dangereuse' -

L'agence européenne de contrôle des frontières Frontex s'était inquiétée en juin du nombre grandissant de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe en entamant une traversée "très dangereuse" à partir de l'Egypte.

"Cette année, le nombre est d'environ 1.000 traversées sur des bateaux de passeurs d'Egypte vers l'Italie", avait affirmé le directeur de Frontex Fabrice Leggeri.

M. Leggeri a également confirmé que depuis la fermeture de la route des Balkans aux migrants, les départs se faisaient depuis les côtes d'Afrique du Nord, en particulier de Libye, vers l'Italie. "La route méditerranéenne centrale n'a jamais été autant fréquentée", selon lui.

Plus de 300.000 migrants et réfugiés ont traversé en 2016 la Méditerranée pour se rendre en Europe, principalement en Italie, selon le HCR.

Ce chiffre est nettement inférieur aux arrivées enregistrées durant les neuf premiers mois de 2015 (520.000) mais il reste supérieur à celles enregistrées sur l'ensemble de l'année 2014 (216.054).

Plus de 10.000 migrants ont perdu la vie en Méditerranée en tentant de rejoindre l'Europe depuis 2014, dont plus de 2.800 depuis le début de l'année 2016, a indiqué le HCR début juin.

Presque tous les migrants et réfugiés traversant la Méditerranée tentent de rejoindre la Grèce et l'Italie.

En juillet, la marine italienne avait annoncé avoir retiré les restes de plus de 450 personnes, mortes en 2015 dans le naufrage d'un petit chalutier renfloué en Méditerranée.

La Libye, pays voisin de l'Egypte qui est plongé dans le chaos depuis 2011, est devenue avec ses 1.770 km de côtes une plaque tournante de l'immigration clandestine en l'absence de contrôle des frontières.

Elle compte quelque 235.000 migrants prêts à partir pour l'Italie, a affirmé la semaine dernière dans une interview l'émissaire de l'ONU dans ce pays, l'Allemand Martin Kobler.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG