Liens d'accessibilité

Quand le Kenya expulse des Taïwanais en Chine


Le Premier ministre chinois Li Keqiang et le président kenyan Uhuru Kenyatta après la signature d'un accord pour une nouvelle ligne ferroviaire le 11 mai 2014. (AP/Thomas Mukoya)

Le Premier ministre chinois Li Keqiang et le président kenyan Uhuru Kenyatta après la signature d'un accord pour une nouvelle ligne ferroviaire le 11 mai 2014. (AP/Thomas Mukoya)

Le gouvernement taïwanais est monté au créneau lundi pour protester contre l'expulsion de plusieurs de ses ressortissants par le Kenya vers la Chine continentale.

En novembre 2014, 28 Taïwanais et 49 Chinois avaient été interpellés au Kenya, accusés d'être illégalement entré dans ce pays et d'être impliqués dans une affaire d'escroquerie, a indiqué dans un communiqué le ministère taïwanais des Affaires étrangères.

Mardi dernier, 37 des suspects, parmi lesquels 23 Taïwanais, ont été jugés non coupables par un tribunal kenyan.

Mais, à la suite de pressions de Pékin selon le ministère, les autorités de Nairobi ont expulsé vendredi huit des Taïwanais non pas vers Taïwan, mais vers la Chine.

Le ministère a accusé les autorités chinoises d'avoir manoeuvré pour retarder l'annonce de la décision de justice au diplomate taïwanais compétent, basé en Afrique du Sud.

"Le temps que notre diplomate se présente à l'aéroport, les huit citoyens taïwanais avaient été embarqués de force dans un vol de China Southern Airlines à destination de la Chine", peut-on lire dans le communiqué.

Le ministère a qualifié d'"illégales" et "inconvenantes" ces expulsions, affirmant que les droits fondamentaux des huit avaient été piétinés.

"Le ministère des Affaires étrangères demande que le continent renvoie immédiatement les huit à Taïwan", a-t-il dit, tout en exhortant le Kenya à libérer ses 15 autres ressortissants.

Une protestation diplomatique officielle a été déposée vendredi par Taïwan auprès de Pékin, a indiqué le vice-ministre du Conseil taïwanais pour les affaires continentales, Shih Hui-fen.

Les inquiétudes quant aux opérations extérieures de la Chine ont augmenté ces derniers mois, avec notamment l'affaire de la "disparition" de libraires hongkongais qui sont finalement réapparus en Chine. L'un avait disparu à Hong Kong, un autre en Thaïlande.

Taïwan et la Chine continentale sont séparés depuis 1949. Taïwan est de fait indépendante depuis lors mais Pékin la considère comme une île rebelle, n'excluant pas la force pour la voir revenir dans son giron.

Les relations se sont cependant nettement améliorées sous la présidence du Taïwanais Ma Ying-jeou, élu en 2008, et qui cédera sa place en mai à Tsai Ing-wen, issue d'un mouvement beaucoup plus hostile à l'égard de la Chine.

Pékin et Taipei ont signé en 2009 un accord de lutte contre la criminalité et d'assistance judiciaire

Avec AFP

XS
SM
MD
LG