Liens d'accessibilité

Première annonce officielle du décès d'un ouvrier sur un chantier du Mondial au Qatar


Des migrants travaillent sur un site de construction à Doha, Qatar, le 26 mars 2016.

Des migrants travaillent sur un site de construction à Doha, Qatar, le 26 mars 2016.

Les organisateurs du Mondial 2022 au Qatar ont pour la première fois annoncé dimanche la mort d'un ouvrier sur le chantier d'un stade à la suite d'un accident du travail.

Le Qatar est sous le feu des critiques pour les conditions des travailleurs employés sur les chantiers du Mondial, et des migrants en général.

"C'est avec grand regret que nous annonçons un décès lié au travail sur l'un de nos chantiers", a indiqué dans un communiqué le comité chargé d'organiser le Mondial.

L'accident mortel s'est produit samedi matin sur le chantier du stade Al-Wakra. L'ouvrier n'a pas été identifié, pas plus que sa nationalité précisée. "Une enquête est en cours pour déterminer les facteurs qui ont contribué à la mort de l'un de nos travailleurs", a assuré le comité.

Les détracteurs du Qatar affirment que quelque 1.200 travailleurs sont déjà morts et que ce nombre peut atteindre les 4.000 d'ici 2022, ce que le pays nie catégoriquement.

Le Qatar accueille quelque 1,6 million de travailleurs étrangers, et ceux qui sont employés sur les chantiers du Mondial devraient atteindre les 36.000 en 2018.

Le petit pays du Golfe, qui avait promis dès 2014 d'améliorer les conditions de travail, dénonce "l'image trompeuse" que donnent de lui les défenseurs des droits de l'Homme comme Amnesty International.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG