Liens d'accessibilité

Protestations contre l'interdiction faite aux Palestiniens de prendre les mêmes bus que les colons


Moshe Yaalon (à g.) propose de limiter davantage les mouvements des Palestiniens qui travaillent en Israël

Moshe Yaalon (à g.) propose de limiter davantage les mouvements des Palestiniens qui travaillent en Israël

Les travailleurs palestiniens ne seraient plus en mesure d'utiliser les mêmes bus que les colons israéliens.

Des groupes de défense des droits humains ont dénoncé un projet israélien visant à interdire aux travailleurs palestiniens d’emprunter les mêmes bus que les colons israéliens en Cisjordanie.

Ce projet du ministre de la Défense Moshe Yaalon exigerait des Palestiniens qui travaillent en Israël qu’ils rentrent en Cisjordanie en empruntant le même poste de contrôle par lequel ils seraient entrés, à savoir le point de passage d’Eyal près de Qalqiliya, au nord de la Cisjordanie occupée. Jusqu’à présent, le transit par ce point de passage n’était obligatoire qu’à l’aller.

Dans la pratique, cela signifie que les travailleurs palestiniens ne seraient plus en mesure d'utiliser les mêmes bus que les colons israéliens, dont certains considèrent les passagers palestiniens comme un risque de sécurité.

Pour les ONG de défense des droits humains, cette mesure serait une forme de ségrégation raciale et aggraverait les restrictions israéliennes, pourtant déjà amples, sur les déplacements des Palestiniens.

Un haut responsable israélien de la Défense a rejeté ces critiques, disant à la Voix de l’Amérique (VOA) que le projet vise à « optimiser le système de surveillance » des Palestiniens et « réduire le risque d'attaque ».

Le fonctionnaire a également insisté sur le fait que la réglementation « n’empêche pas le transport ‘‘mixte’’ et n’empêche pas les Palestiniens de travailler ».

Eitan Diamond, directeur exécutif de Gisha, une ONG israélienne qui œuvre en faveur de la liberté de mouvement des Palestiniens, a fustigé la mesure proposée par M. Yaalon. Ces Palestiniens ont le droit de travailler en Israël, a-t-il fait valoir, donc pourquoi les considérer comme une menace. En fait, on cède aux préjugés des colons juifs en Cisjordanie, ajoute-t-il. Quand on écoute leurs déclarations, on réalise qu’ils ne veulent pas partager les bus avec des Palestiniens. « C’est une logique etnique, une logique laide de division ethnique plutôt qu'une vraie question de sécurité », a estimé M. Diamond.

Le ministre israélien de la Justice, Yehuda Weinstein, a envoyé une lettre à M. Yaalon, le sommant de justifier la nouvelle règlementation, qui doit entrer en vigueur au mois de décembre.

XS
SM
MD
LG