Liens d'accessibilité

Propagation alarmante de la fièvre jaune en Afrique


Un technicien à l'Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, stérilise un des laboratoires où le vaccin contre la fièvre jaune est faite. (VOA / J. Lazuta)

Un technicien à l'Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, stérilise un des laboratoires où le vaccin contre la fièvre jaune est faite. (VOA / J. Lazuta)

L’épidémie de la fièvre jaune qui sévit en Angola depuis décembre 2015 a déjà fait près de 300 morts. Le virus se propage dans d’autres pays de la sous-région. Le comité d’urgence de l’OMS a annoncé, la tenue, d’une réunion de son comité d’urgence sur la fièvre jaune le 19 mai.

Cette réunion peut constituer une vraie riposte à cette maladie dont le risque de propagation aux pays de la sous-région reste élevé. D’ailleurs, bien que Luanda, la capitale angolaise reste l’épicentre de la fièvre jaune, celle-ci s’est déjà exportée en République Démocratique du Congo, en Ouganda et au Kenya, et même en Chine, selon l’OMS.

De plus, une autre épidémie de fièvre jaune, non liée a celle d’Angola, touche l'Ouganda, avec 7 cas confirmés, selon.

La fièvre n’ayant pas de traitement spécifique ; la vaccination reste le seul moyen de prévention, "un outil que nous n’avions pas contre Ebola", precise Tarik Jaserevic, un porte-parole de l’OMS à VOA Afrique

Ainsi, 11,7 millions de doses vaccinales ont été envoyées en Angola, ou « On a déjà vacciné presque 90% de la population de Luanda », affirme Tarik Jaserevic. "La vaccination continue dans d’autres provinces. La RDC a aussi reçu 2.000.000 de doses là où la contamination locale a été confirmée", ajoute-t-il.

Cependant, si l’épidémie n’est pas endiguée à temps et qu’elle touche plus de pays, on pourrait être « dans une situation de manque de quantité suffisante de vaccins », s’inquiète Tarek Jaserevic.

Dans ce cas, hormis la disponibilité, il pourrait se poser aussi le problème de l’accessibilité du vaccin. D'après l'OMS, le vaccin est sûr, «d'un prix abordable et très efficace», une seule dose suffit à conférer une immunité durable et une protection à vie contre la maladie, et aucune dose de rappel n'est nécessaire. Or, d’après une étude réalisée par Médecins Sans Frontières en 2015 a montré que le vaccin coute maintenant 70 fois plus qu’en 2001. Il coute environ entre 8 et plus de 10 dollars américains ; un prix qui pourrait s’avérer hors de portée de certaines populations des pays concernés.

Ce fonctionnaire de l’OMS s’inquiète aussi que la fièvre jaune s’étende vers les villes et les centres urbains où il est plus difficile de vacciner tout le monde « car il est plus difficile de contenir le virus dans ces endroits”, explique-t-il.

Le comité d’urgence de l’Organisation Mondiale de la Sante tiendra le 19 Mai, une réunion d’urgence sur la fièvre jaune, pour décider si l’épidémie est une urgence de sante publique comme Ebola ou Zika.

Que peut-on réellement attendre de cette rencontre ? Vu que le taux de mortalité de la fièvre jaune semble rapidement grimper, doit-on craindre une épidémie de l’ampleur d’Ebola qui a secoué l’Afrique de l’Ouest il y a deux ans ? Quelles précautions les populations doivent-elles prendre pour se prémunir contre la fièvre jaune ? Quelle est l’ampleur de l’épidemie dans les pays touchés?

La fièvre jaune («jaune» faisant référence à la jaunisse présentée par certains patients) est une maladie hémorragique virale transmise par par le moustique Aedes aegypti, vecteurs de nombreux virus comme le Zika ou la dengue et qui touche les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique amazonienne.

Il n'y a pas de traitement spécifique de la fièvre jaune. Le traitement en est symptomatique et vise à réduire les symptômes pour le confort du patient. Mais près de la moitié des personnes gravement atteintes qui ne sont pas traitées vont en mourir.

XS
SM
MD
LG