Liens d'accessibilité

Prochain retour de migrants vers la Turquie vendredi, sur demande grecque


Des migrants turcs en train de se rendre à pied à l'île grecque de Lesbos, près de Ayvacik, Turquie, le 29 janvier 2016.. (AP Photo/Halit Onur Sandal)

Des migrants turcs en train de se rendre à pied à l'île grecque de Lesbos, près de Ayvacik, Turquie, le 29 janvier 2016.. (AP Photo/Halit Onur Sandal)

Le prochain retour de migrants de Grèce vers la Turquie dans le cadre de l'accord controversé signé entre l'Union européenne (UE) et Ankara a été reporté de mercredi à vendredi à la demande des Grecs, a affirmé un responsable turc.

"C'est reporté jusqu'à vendredi parce que la Grèce n'est pas en mesure d'envoyer ces gens", a déclaré sous couvert de l'anonymat à l'AFP ce responsable, alors que les autorités grecques sont confrontées à une forte hausse des demandes d'asile émanant des migrants expulsables vers la Turquie.

"Tout est prêt ici", a-t-il ajouté.

Un autre responsable turc au bureau du gouverneur d'Izmir (ouest) avait indiqué plus tôt à l'AFP que 200 nouveaux migrants seraient expulsés par la Grèce mercredi matin et acheminés de l'île grecque de Lesbos à la ville portuaire turque de Dikili (ouest).

Les autorités grecques n'avaient cependant pas confirmé, une source gouvernementale indiquant que "nous ne planifions pas d'avance la date ou le nombre de renvois".

"Si d'ici à la fin de la semaine, il y a un nombre satisfaisant de gens qui n'ont pas demandé l'asile et qui justifie un renvoi, on verra si on fait de nouveaux renvois", avait ajouté cette source grecque.

La Grèce a renvoyé lundi un premier groupe de 202 personnes vers la Turquie dans le cadre d'un accord signé le 18 mars entre l'UE et la Turquie visant à décourager les passages clandestins vers l'Europe, confrontée à sa pire crise migratoire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

L'accord prévoit le retour en Turquie de tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis le 20 mars et stipule que pour chaque Syrien renvoyé de Grèce, un autre sera admis en UE, dans le cadre d'un plan limité à 72.000 places.

Mais une forte augmentation des demandes d'asile dans les îles grecques a ralenti les opérations d'expulsion, a indiqué mardi Giorgos Kyritsis, porte-parole de l'Unité de coordination des réfugiés de Grèce.

L'accord est vivement critiqué par des ONG qui considèrent notamment que la Turquie ne peut pas être considérée comme un "pays sûr" pour les réfugiés syriens.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG